Basket - NBA - Accusé de racisme, sexisme et de harcèlement sexuel, Robert Sarver, le propriétaire des Suns, est dans la tourmente

·1 min de lecture

Alors qu'ESPN devrait publier une enquête sur Robert Sarver, le propriétaire des Phoenix Suns, finalistes la saison dernière, récuse par avance les accusations de racisme, sexisme et de harcèlement sexuel. Robert Sarver va-t-il être forcé de vendre les Phoenix Suns, comme Donald Sterling avait dû le faire avec les Los Angeles Clippers en 2014 ? Le propriétaire, homme d'affaires milliardaire, devrait être au centre d'une enquête bientôt publiée par ESPN. Selon le journaliste américain Jordan Schultz, qui anime notamment un podcast avec le président du Syndicat des joueurs CJ McCollum, celle-ci évoquerait des faits de harcèlement sexuel, de racisme et de sexisme.

Les Suns ont réagi avant même la publication de l'enquête par une série de tweets consistant en des dénégations du manager général James Jones (« Rien de ce qui se dit ne correspond au Robert Sarver que je connais, respecte et apprécie. C'est tout simplement faux »), du copropriétaire Jason Rowley et de Sarver lui-même. « Je suis totalement sous le choc », débute ce dernier, qui se déclare « en particulier fier des chiffres sur la diversité et l'inclusion dans les deux équipes (il est aussi le propriétaire du Phoenix Mercury en WNBA) sur le terrain et dans les bureaux. » lire aussi Toute l'actu de la NBA

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles