Basket - NBA - NBA : Boston renverse New Orleans, New York sombre à domicile contre Charlotte

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Menés de 18 points, les Celtics ont finalement largement dominé les Pelicans de New Orleans (104-92). Un succès qui permet à Boston de chiper la 10e place de la Conférence Est à New York, inexistant à domicile face à Charlotte (87-97). Avant leur match du Martin Luther King Day, Boston et New York partageaient de nombreux points communs : une première moitié de saison décevante - les deux franchises, attendues autour du top 4 mais luttant plutôt pour une qualification en play-in - et une dynamique semblable (quatre victoires en cinq matches pour les Celtics, cinq sur six pour les Knicks). Ils savaient aussi qu'ils allaient jouer, à distance, pour la dixième place de la Conférence Est. lire aussi Suivez Memphis-Chicago en direct commenté Et c'est Boston (23 victoires-22 défaites) qui a eu gain de cause avec une victoire renversante (de -18 à +12) sur New Orleans (104-92), tandis que New York (22-22, désormais 11-12 à domicile) a sombré à domicile face à Charlotte (87-97). Lundi soir, les deux bastions ont débuté sur le même (faux) rythme, vite distancés par leur adversaire. Boston a été surpassé dans l'intensité par les Pelicans du très impactant pivot lituanien Jonas Valanciunas (22 points, 14 rebonds, 4 passes). Profitant de Celtics en mode arrosoir (2 sur 18 à 3 points pour débuter la rencontre), ceux-ci ont pris les commandes (42-24, 19e). Boston, notamment guidé par un Dennis Schröder en verve (23 points 9 passes) et Jaylen Brown (23 unités), a peu à peu stoppé l'hémorragie et rejoint les vestiaires avec un déficit acceptable (39-46). Jayson Tatum et Miles Bridges, têtes d'affiche Dans le même temps, New York vivait un cauchemar similaire, inexistant dans le jeu collectif, anémique en défense, et voyait Charlotte, pourtant sans son meneur star LaMelo Ball, s'envoler au score (34-23 après un quart-temps, 62-44 à la pause). Les Hornets étaient portés par le festival de Miles Bridges (38 points, record en carrière dont... 22 dans le premier quart-temps), bien secondé par Terry Rozier (22 unités).

Le retour des vestiaires a offert, en revanche, deux scénarii opposés. Alors que les Knicks sont restés fantomatiques jusqu'au bout, s'inclinant finalement sur un écart (-10) ne reflétant pas leur non-match lors duquel le Français Evan Fournier s'est contenté de 6 points (2/9, 2 passes en 25 minutes), les Celtics ont, eux, totalement renversé la vapeur. Ils l'ont dû à un homme en particulier, leur superstar Jayson Tatum, qui, au tournant des troisième et quatrième quarts-temps, a soudain mis la main sur la rencontre, enchaînant les actions décisives et les coups d'éclat, entre interceptions, passes décisives (dont une pour un dunk énorme d'Aaron Nesmith en contre-attaque), paniers spectaculaires et dunks. L'arrière-ailier a inscrit 21 de ses 27 points en deuxième mi-temps. Une fois que Boston a repris les devants sur un panier de Schröder (71-69, 36e), il n'a plus été inquiété. Un 13-3 en 3 minutes (de 63-67 à 76-69) pliait les débats.

Washington flamboyant Face à une des équipes les plus en formes du moment - Philadelphie, qui restait sur neuf victoires en dix matches - Washington a fait feu de tout bois en premier quart (38-29) et déroulé un jeu collectif flamboyant (sept joueurs à 10 points ou plus, 25 passes décisives, 15 points et 16 rebonds pour Kyle Kuzma) pour s'imposer facilement face aux Sixers (117-98) d'un Joel Embiid trop esseulé (32 points, 8 rebonds). Les Wizards restent 9es (23-21).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles