Bernard Hinault évoque notre Top 10 des champions cyclistes français : « J'ai voté pour moi »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Bernard Hinault s'est élu plus grand champion cycliste français d'après-guerre. (B. Le Bars/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Bernard Hinault, désigné comme le plus grand cycliste français de l'après-guerre, n'a pas hésité à se placer lui-même à la première place. Le quintuple vainqueur du Tour de France s'explique.

Bernard Hinault, 67 ans, n'a pas semblé surpris quand on lui a énoncé, jeudi matin au téléphone, les résultats du vote désignant les dix plus grands champions cyclistes français de l'après-guerre. Sans vouloir jouer au fanfaron, il a tenu à justifier ses choix et notamment le fait d'avoir voté pour lui-même.

« Ce classement vous semble-t-il cohérent ?
Il représente bien la hiérarchie. C'est difficile pour moi de l'analyser car j'ai été élu à la première place, mais si on juge par rapport au palmarès de chacun d'entre nous, tout le monde est bien placé. On a toujours dit que j'étais le deuxième plus grand derrière Eddy Merckx au niveau mondial, c'est donc logique de me retrouver premier au niveau français.

Vous êtes-vous toujours senti comme le numéro 1 de l'histoire de votre sport en France ?
Je m'en suis vraiment rendu compte après ma carrière. Quand je courais, je me faisais mon palmarès seulement pour moi, je me moquais de ce que je représentais. Je n'ai jamais pensé à être meilleur que Jacques Anquetil, c'est seulement plus tard, quand on me répétait que j'avais laissé une trace plus importante que lui dans l'histoire du cyclisme français, que j'ai commencé à comprendre tout ça. Et à être d'accord (rires).

Ce n'est pas la première fois qu'on vous désigne comme le cycliste n°1 en France.
Oui, mais je ne m'en lasse pas. Je ressens toujours la même fierté. C'est sympa qu'on n'oublie pas de le rappeler de temps en temps.

« Je pense qu'à un moment, quand on veut établir une hiérarchie, c'est le palmarès qui entre en ligne de compte »

Vous faisiez partie aussi du jury qui a établi ce top 10, avez-vous hésité au moment de voter ?
Pas du tout, j'ai voté pour moi et je n'ai pas honte de le dire. Je pense que si Anquetil avait eu à le faire, il se serait mis aussi à la première place. J'ai marqué le cyclisme français de belle manière, il n'y a aucun scrupule à l'admettre. Ça aurait faussé le classement si je n'avais pas voté pour moi. D'ailleurs, mon top 10 est très proche de celui que vous avez sorti.

Avez-vous voté pour les mêmes dix premiers ?
Non, j'avais mis Richard Virenque et pas Raphaël Geminiani. Je pense qu'il le méritait car ses sept maillots de meilleur grimpeur du Tour ont fait vibrer le public, il était spectaculaire. Il avait sa place dans les dix plus grands champions français. Ensuite le reste est logique, Laurent Fignon est devant Bernard Thévenet car même s'ils ont gagné deux Tours de France tous les deux, il a gagné en plus Milan-San Remo.

C'était aussi votre plus grand rival en France.
Ça lui a certainement servi en termes de popularité. Il a été le premier à oser s'opposer à moi, il a inspiré le respect grâce à ça, mais surtout grâce à son palmarès.

lire aussi

Toute l'actu du cyclisme

La présence de Julian Alaphilippe dans ce top 10 vous surprend-elle ?
Pas du tout ! Il est le représentant de la nouvelle génération qui brille. Depuis quatre ou cinq ans, il fait partie du patrimoine du cyclisme français. Il va manquer cette année sur le Tour de France, mais il n'aurait pu faire qu'une semaine de course, ça n'aurait pas été une bonne opération pour son image.

Et Raymond Poulidor, "seulement" quatrième ?
Il est à sa place. C'est le premier du classement à ne pas avoir gagné le Tour. Je pense qu'à un moment, quand on veut établir une hiérarchie, c'est le palmarès qui entre en ligne de compte, pas seulement sa popularité ou la légende qu'il a été. »

Le palmarès

1-Bernard Hinault, 196 points
2-Jacques Anquetil, 184
3-Louison Bobet, 150
4-Raymond Poulidor, 143
5-Laurent Fignon, 116
6-Bernard Thévenet, 83
7-André Darrigade, 69
8-Julian Alaphilippe, 64
9-Laurent Jalabert, 53
10-Raphaël Geminiani, 16
Barème : Pour chaque vote d'un des membres du jury, 10 points au 1er, 9 au 2e, 8 au 3e, 7 au 4e, 6 au 5e, 5 au 6e, 4 au 7e, 3 au 8e, 2 au 9e et 1 au 10e.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles