F1 - GP des Etats-Unis - EL2 - Verstappen adresse un doigt d'honneur à Hamilton lors des essais libres 2 du GP des États-Unis

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Max Verstappen (Red Bull) et Lewis Hamilton (Mercedes) se sont chauffés, vendredi soir, sur la piste d'Austin au milieu de la deuxième séance des essais libres du Grand Prix des États-Unis dominée par Sergio Perez. Les deuxièmes séances d'essais libres sont ennuyeuses par définition. Après quelques tours pleine charge, les pilotes sacrifient au rituel des longs runs de la simulation de course, avec le plus souvent un réservoir carburant bien garni. Heureusement il y a Max Verstappen et Lewis Hamilton. Et même lorsqu'il s'agit juste de préparer sa voiture pour la course de dimanche, la bataille des ego prend le dessus. lire aussi Les résultats des essais libres 2 du GP des États-Unis On ne roulait pas depuis dix minutes que les deux candidats au titre allaient se livrer une belle bataille tout au long de la ligne droite des stands. Un roue contre roue, où personne ne voulut céder jusqu'à ce que le long gauche ouvert tout en haut de la ligne droite de départ/arrivée, offre une échappée au potentiel choc entre les deux hommes. C'est le Néerlandais qui allait le premier s'écarter laissant filer un Hamilton mieux placé en entrée de courbe. Courroucé et sans doute un peu vexé, il allait adresser un doigt d'honneur au Britannique parti loin devant, le gratifiant d'un double « idiot, stupide ». Ambiance.

Perez en tête devant Norris De quoi alimenter les discussions tout au long d'une après-midi qu'on annonçait soporifique. Si chacun y allait de son commentaire sur l'incident entre les deux pilotes, chez Alpine on avait un autre dossier plus urgent à traiter. Toute l'équipe de mécano de Fernando Alonso étant mobilisée autour de la monoplace de l'Espagnol. Réglages du train avant. Démontage arrière à l'abri des regards. De longues minutes perdues pour celui qui avait connu une sale frayeur ce vendredi matin avec une fuite hydraulique ayant immobilisé sa monoplace. Une grosse demi-heure passée aux stands n'aura donc pas suffi lors de la première séance d'essais libres pour fiabiliser la F1 française. Un travail acharné, laissant craindre un souci moteur sur l'Alpine et un risque d'une pénalité pour Alonso en cas de changement moteur d'ici dimanche. lire aussi Fernando Alonso : « J'aurais dû partir plus tôt » Pour couronner le tout, le champion du monde 2005 et 2006 allait terminer sa séance à la 13e place et en perdant le contrôle de sa voiture à l'entrée du virage 19, échouant à faible vitesse dans les bâches de sécurité après avoir traversé un bac à graviers, endommageant légèrement son aileron arrière. Pas rassurant alors que sa monoplace a montré des problèmes de fiabilité...

La première partie de la séance allait, côté chrono, voir Sergio Perez virer en tête avec un 1'34''946, devant Lando Norris et les deux Mercedes restées en dedans. Verstappen, lui, errait à la 8e place et ne cessait de râler au micro accusant son équipe de l'avoir fait sortir en plein trafic. La séquence des « longs runs » n'allait pas amener du spectacle pour le grand public. Pierre Gasly s'est montré peu à l'aise après une matinée pourtant prometteuse. À l'arrivée, le Français a signé le 12e chrono, coincé entre Esteban Ocon et Alonso, les deux Alpine, ce qui n'est pas forcément bon signe. lire aussi Toute l'actu de la F1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles