Foot - CAN - Au moins huit morts lors d'une bousculade au stade d'Olembé avant Cameroun-Comores à la CAN

·1 min de lecture

Une bousculade s'est produite avant le huitième de finale de la CAN entre le Cameroun et les Comores, ce lundi soir, au stade d'Olembé de Yaoundé. Au moins huit personnes sont mortes. Une grave bousculade s'est produite lundi soir, au stade d'Olembé de Yaoundé, avant le huitième de finale de la CAN entre le Cameroun, pays hôte, et les Comores (2-1). «Huit décès sont enregistrés», selon le rapport d'un ministère que s'est procuré l'AFP, et il y a une cinquantaine de blessés. « Il y a eu des bousculades comme on en enregistre partout ailleurs à l'occasion de grands mouvements de foule. Nous attendons des informations fiables sur les victimes », a déclaré Abel Mbengué, porte-parole du Comité d'organisation de la CAN (CoCan), déplorant un « incident dramatique ». Au début de la rencontre, à 20 heures, il y avait encore beaucoup de monde dehors. À cet instant, un jeune a poussé le portail. Kassim Oumouri, le commentateur vedette de la télé comorienne, se trouvait là-bas pour passer un appel téléphonique. Kassim Oumouri, commentateur de la télé comorienne « D'un coup, c'est tombé de partout, avec des femmes, des jeunes et ça criait, ça pleurait. Les gens tombaient les uns sur les autres » « Je me suis retrouvé près du portail, a-t-il raconté à l'agence AP, mais du bon côté et c'est alors qu'un jeune de la sécurité a ouvert une des portes mais quelqu'un de la sécurité lui a dit de ne pas le faire mais c'était trop tard. » La foule, plus de 400 personnes d'après Oumouri, s'est précipitée pour rentrer. « Et c'est là que la personne a ouvert complétement la deuxième porte du portail et tout le monde s'est précipité. Et d'un coup, c'est tombé de partout, avec des femmes, des jeunes et ça criait, ça pleurait. Les gens tombaient les uns sur les autres. C'était impressionnant car on imagine pas ça sur un stade de foot.» Pas loin, d'autres, qui tentaient de passer sous les tourniquets, se retrouvaient au contact des ces nombreuses personnes dans un chaos indescriptible. Dans un communiqué publié peu avant minuit, la CAF a expliqué être en train « d'enquêter sur la situation et d'essayer d'avoir plus de détails sur ce qu'il s'est passé ». La secrétaire générale de la confédération a été envoyée à l'hôpital pour rendre visite aux victimes. Pendant la rencontre, on pouvait entendre les sirènes des ambulances récupérant les blessés pour les amener vers des hôpitaux de la place.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles