Foot - L2 - AC Ajaccio - Christian Leca, le président de l'AC Ajaccio, dans la tourmente

·1 min de lecture

Après avoir insulté les membres de la commission de discipline de la LFP, le président de l'AC Ajaccio Christian Leca risque une lourde suspension. Et même un procès. La violence du communiqué publié, le 13 janvier, par l'AC Ajaccio, à la suite de la suspension (un match ferme et un avec sursis) pour simulation de son défenseur Oumar Gonzalez, a consterné le football français. Il y est notamment écrit, dans une charge sans la moindre retenue : « De là à penser que Monsieur Deneu (le président de la commission de discipline de la LFP, dont le nom est mal orthographié) et son équipe font dans la xénophobie, il n'y a qu'un pas que nous n'hésitons pas à franchir. On fera tout notre possible pour honorer nos couleurs sur le terrain et contrarier les aspirations évidentes de la commission de discipline qui est à la justice sportive ce que Landru était à la condition féminine... » Les présidents de Ligue 2 choqués par ses propos Arnaud Rouger, le directeur général de la LFP, a immédiatement réagi en adressant un courrier indigné à Christian Leca, le président d'Ajaccio. « Par cette publication, vous vous permettez donc de remettre en cause publiquement la légitimité des décisions de la LFP au sein de laquelle vous siégez pourtant en tant que membre du conseil d'administration et pour laquelle vous assurez de plus la présidence du collège de Ligue 2, écrit-il. Ces déclarations sont indignes de vos fonctions. »

Christian Leca « J'assume ce que j'ai dit. Je ne vais pas renier mes paroles » Dans la foulée, le Conseil national de l'éthique (CNE) s'est saisi du dossier. « Ces propos revêtent un caractère diffamatoire et portent atteinte aux valeurs du football et discréditent notamment le système disciplinaire de la LFP, constate-t-il. En outre, ils visent directement la commission de discipline de la LFP et ses membres. Afin d'éviter tout risque de conflit d'intérêts, le CNE invite celle-ci, si elle le juge opportun, à transmettre le dossier à la commission fédérale de discipline. » Ce qu'elle a fait. Résultat : Christian Leca va bientôt être jugé par l'instance disciplinaire de la FFF, qui va lancer ce jeudi une procédure contre lui. Avant un jugement qui devrait être très sévère au vu de la gravité des propos incriminés. Dans le même temps, de nombreux présidents de Ligue 2, choqués par la sortie de Leca, souhaiteraient qu'il ne les représente plus. Et pourraient le pousser à se retirer. Alors qu'une plainte émanant des membres de la commission de discipline devrait être prochainement déposée contre lui. Joint mercredi, Christian Leca ne se défile pas. « J'assume ce que j'ai dit, lance-t-il. Je ne vais pas renier mes paroles. Ils vont prendre des sanctions lourdes à mon égard. Je les assumerai. Mais je veux dire que la suspension d'Oumar Gonzalez est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Elle vient à la suite de décisions déjà surprenantes. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles