JO - Cinq raisons de veiller devant les JO de Tokyo dans la nuit de samedi à dimanche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La finale de Florent Manaudou sur 50 m nage libre, un choc France-Brésil en volley, le couronnement annoncé de la nageuse australienne Emma McKeon : voilà cinq bonnes raisons de troquer vos tenues de soirée pour passer une nuit devant les JO dans la nuit de samedi à dimanche. 1. Natation : Florent Manaudou face à l'intouchable Caeleb Dressel sur 50 m (3h30) Médaillé d'argent à Rio, à un tout petit centième du titre, Florent Manaudou ne bouderait probablement pas une breloque du même métal à Tokyo, sa troisième sur 50 m nage libre. Face à lui se dresse Caeleb Dressel, déjà quadruple champion olympique au Japon. Auteur d'un chrono de 21''32 en séries, à deux centièmes du record olympique, l'Américain devrait nager encore plus vite dimanche. A priori, personne n'est capable d'aller aussi vite que lui. Reste à savoir jusqu'où peut aller le Français. Après ses 21''65 en séries et son meilleur chrono de la saison en demie (21''53), le champion olympique de Londres luttera avec le Brésilien Bruno Fratus et le Grec Kristian Gkolomeev. Et pourquoi pas, si le glouton Dressel vient à montrer un signe de faiblesse, venir rééditer son exploit de 2012. Toujours privée de médaille à Tokyo, la natation française compte en tout cas sur lui. lire aussi Florent Manaudou face à l'ogre Caeleb Dressel en finale du 50 m des JO de Tokyo 2. BMX : Anthony Jeanjean pour enflammer le park (4h20) Spectaculaire et moderne, l'épreuve du park en BMX réserve un beau spectacle. Et, cerise sur le gâteau, un Français va tenter de monter sur le premier podium olympique de l'histoire de la discipline. Anthony Jeanjean, quatrième des qualifications, a ses chances pour la finale. Champion d'Europe en 2019, le Tricolore a admis qu'il en avait encore sous le pied et qu'il serait en mesure de hausser son niveau en finale. Il s'élancera en sixième position (l'ordre de départ est inversé par rapport au classement en qualifications) et pourra jauger le niveau de ses adversaires. Il lui sera toutefois difficile de chatouiller les orteils de l'Australien Logan Martin, double champion du monde en 2017 et 2021 et superstar de la discipline. Premier des qualifications avec un score de 91,90 points, il devrait épater le park tokyoïte. Pour départager les neuf concurrents, le meilleur score des deux runs sera retenu.

3. Volley-ball : France-Brésil pour une qualification en quarts (4h05) La bande de Laurent Tillie oscille entre le bon et le moins bon depuis le début du tournoi olympique. Défaits par les États-Unis (0-3) d'entrée, puis par l'Argentine (2-3) lors du troisième match, les Bleus ont chaque fois réagi contre la Tunisie (3-0) et la Russie (3-1). Les voilà désormais à un tournant au moment de défier le Brésil, champion olympique en titre. Une victoire des coéquipiers d'Ervin Ngapeth les enverrait automatiquement en quarts de finale pour la première fois de l'histoire du volley hexagonal. Une défaite ne les condamnerait pas dans l'autre sens. Mais il faudrait soit empocher deux sets face au Brésil, soit compter sur une victoire des États-Unis, plus tard (14h45), contre l'Argentine, soit espérer une victoire argentine avant le tie-break. Pas impossible, mais on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Après l'élimination dès les poules à Rio, les Français veulent aller un peu plus loin cette année. 4. Escrime : les premiers assauts des fleurettistes français (3h45) Les médailles d'argent de leurs soeurs d'armes et des sabreuses samedi donneront sûrement des idées aux fleurettistes français. Menés par le champion du monde 2019, Enzo Lefort, les Bleus ont les moyens d'accrocher un podium à leur tour. Il aura à coeur de se racheter après son élimination en quarts de l'épreuve individuelle. Le numéro 3 mondial sera accompagné de Maxime Pauty et de Julien Mertine, respectivement 16e et 25e mondiaux au classement de leur discipline. Au premier tour, les Tricolores devront se méfier des Égyptiens, des adversaires abordables sur le papier. Le défi s'annonce grand pour décrocher l'or face aux Italiens ou aux Russes, mais les Français peuvent surprendre et faire aussi bien qu'à Rio, où ils s'étaient paré d'argent avec Enzo Lefort dans leurs rangs. 5. Natation : Emma McKeon pour devenir la reine du sprint (3h37) Quelques instants après le sacre attendu de Caeleb Dressel, Emma McKeon a aussi l'occasion de s'affirmer comme la reine du sprint. Sur son nuage depuis son titre sur 100 m, l'Australienne de 27 ans a enchaîné sur l'aller simple en s'offrant le record olympique en demi-finales. Son dernier obstacle vers le trône se nomme probablement Pernille Blum. La Danoise a réalisé, comme son compagnon Florent Manaudou, le deuxième temps des demi-finales en 24''08. Sans oublier la détentrice du record du monde, la Suédoise Sarah Sjöström. Huit fois médaillée aux JO, dont quatre cette année, McKeon peut par la même occasion rejoindre Ian Thorpe et Leisel Jones au nombre de breloques collectées dans l'histoire de la natation australienne. Une page d'histoire s'ouvre peut-être, sachant qu'elle peut glaner une dixième médaille lors du relais 4x100 m 4 nages, en toute fin de programme (4h15). lire aussi Toute l'actualité des JO de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles