L'Éthiopienne Letesenbet Gidey vise le record du monde du marathon à Valence

Letesenbet Gidey, cet été, lors des Mondiaux d'Eugene. (F. Faugère/L'Équipe)

Pour ses débuts sur la distance reine, l'Éthiopienne de 24 ans Letesenbet Gidey, déjà détentrice des records du monde du 5 000 m, 10 000 m et semi-marathon va s'attaquer ce dimanche à celui du marathon dans les rues de Valence (Espagne).

La razzia pourrait continuer. Déjà détentrice des records du monde du 5 000 m (14'06''62), 10 000 m (29'01''03) et semi-marathon (1h02'52'') - et accessoirement de la meilleure performance mondiale de l'histoire sur 15 km (44'20'') - Letesenbet Gidey s'est mis en tête de défier le chrono sur les 42,195 km ce dimanche à Valence (Espagne, départ à 8h15).

Longtemps détenu par Paula Radcliffe, le record du monde est, depuis 2019, la propriété de Brigid Kosgei en 2h14'04''. Un chrono supersonique qui semble pas effrayer l'Éthiopienne de 24 ans. « Je suis très heureuse de revenir à Valence, là où j'ai déjà battu deux records du monde, a-t-elle glissé lors de la conférence de presse. Je cours après celui du marathon maintenant. »

Championne du monde du 10 000 m cet été à Eugene, Gidey est évidemment armée, en tout cas sur le papier, pour faire tomber cette marque. Surtout que selon son entraîneur, Haile Eyasu, que le site LetsRun a pu interroger, plus les distances s'allongent plus « elle est performante » et que « les moins de 2h10 » pourraient peut-être devenir leur objectif à long terme.

Des propos presque terrifiants, même si les chaussures de nouvelle génération ont rebattu les cartes sur le macadam. Dans tous les cas, le parcours très rapide et le climat toujours parfait devront jouer leur rôle ce dimanche, tout comme la Kényane Sheila Chepkirui, qui fait également ses débuts avec un record au semi-marathon inférieur à 65'.

lire aussi : Le Kenya dans le viseur de la lutte antidopage

Navarro et Frère en quête de leur record personnelChez les hommes, également, cela devrait courir très vite avec notamment Alexander Munyaso, Philemon Kiplimo, Tamirat Tola ou encore Getaneh Molla. Une densité qui pourrait profiter aux Français présents.

Habitué des lieux, l'international Nicolas Navarro va s'aligner pour battre son record personnel (2h08'29'') tout comme Mehdi Frère (record à 2h08'53'' en 2020). De retour au premier plan après être rentré en école de sous-officier à l'armée à l'automne dernier, le Bellifontain a effectué une préparation lourde en kilomètres mais réussie.

« Tous les feux sont au vert, lâche-t-il. Je n'ai pas pu caler toutes les sorties marathon que je voulais car il y a eu pas mal de compétitions (il est notamment devenu le troisième performeur français de l'histoire sur semi-marathon) mais j'ai fait suffisamment de bornes et les séances importantes dont j'avais besoin. »

Un temps attiré pour partir sur les bases du record de France de Morhad Amdouni (2h05''22), Frère devrait se caler dans le groupe 2 prévu avec un passage au semi-marathon en 63'. « J'espère que je serai sur les bases d'un petit 2h06 au trentième », lance-t-il.

lire aussi : Marjolaine Nicolas, la marathonienne amatrice qui fait suer les pros