L'Argentine se relance face au Mexique avec un grand Lionel Messi

Lionel Messi a ouvert le score sur une passe d'Angel Di Maria. (N. Luttiau/L'Équipe)

Buteur puis passeur face au Mexique ce samedi (2-0), Lionel Messi a offert à l'Argentine sa première victoire dans cette Coupe du monde. L'Albiceleste jouera sa qualification pour les huitièmes contre la Pologne mercredi (20 heures).

L'Argentine est toujours en vie. Alors qu'elle était presque dans l'obligation de l'emporter ce samedi, elle a effacé sa défaite liminaire contre l'Arabie saoudite, en venant difficilement à bout du Mexique (2-0), grâce à un grand Lionel Messi (voir ci-dessous). Dos au mur avant la rencontre du soir, les champions d'Amérique du Sud se sont totalement relancés. Ils pourraient même terminer en tête du groupe C en cas de victoire contre la Pologne mercredi (20 heures). Mais ils devront sensiblement hausser leur niveau de jeu s'ils veulent atteindre leur objectif ultime.

Lionel Scaloni le sait et il se sentait déjà dans l'urgence après la débâcle de la première journée. Le sélectionneur argentin a donc changé ses hommes, effectuant cinq remplacements par rapport à mardi. Il a également adapté son dispositif, optant pour un 4-4-2 un peu moins à plat au moment d'affronter le Mexique. Mais les nouveautés apportées çà et là n'ont pas porté leurs fruits, même si la victoire est arrivée au bout. La première période de l'Albiceleste a été encore plus mauvaise que celle livrée face aux Saoudiens.

Lionel Messi et son escouade ont ronronné dès l'entame de match. Il y a bien eu des coups échangés de part et d'autre, histoire de marquer son territoire. Mais une fois que les muscles étaient montrés, encore fallait-il proposer du jeu. Et les Argentins n'ont rien montré pendant plus de 60 minutes, c'est-à-dire jusqu'à l'exploit du septuple Ballon d'Or. Avant cela, ils n'ont eu aucune occasion franche et une seule situation, à mettre à l'actif de Lautaro Martinez, dont la tête est passée à plusieurs mètres du cadre (41e).

Ce sont même les Mexicains qui se sont montrés les premiers, sur un coup franc de Vega bien capté par Martinez (45e). Mais la Tri s'est arrêtée de jouer trop tôt, ne sortant plus de son camp au retour des vestiaires. Elle n'a jamais su réagir après l'ouverture du score et c'est finalement elle qui se retrouve au bord du précipice avant la dernière journée.

Le joueur : Lionel Messi en sauveurLionel Messi n'avait pas envie que sa dernière Coupe du monde se termine si tôt, après une petite semaine passée au Qatar. La Pulga n'a pas livré son meilleur match avec le maillot bleu ciel et blanc, loin de là, mais l'histoire retiendra que c'est encore lui qui a sauvé son pays. Le numéro 10 a réceptionné une passe de Di Maria à l'entrée de la surface avant de réaliser l'une de ses spécialités. Il a glissé une frappe croisée au ras du sol et dans le petit filet de Guillermo Ochoa (64e).

L'attaquant parisien ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Il a ensuite délivré une passe décisive sur le but du break, magnifique, signé Enzo Fernandez (87e). Déjà buteur lors du match d'ouverture, Messi devra de nouveau porter son équipe face à la Pologne, mercredi, en espérant que ses coéquipiers l'épaulent davantage.