L'Italie sacrée aux Championnats d'Europe de Munich, la France seulement 6e

Georgia Villa, Asia D'Amato, Angela Andreoli, Martina Maggio et Alice D'Amato. (K. Pfaffenbach/Reuters)

Comme en 2006, les Italiennes ont remporté le titre par équipes, ce samedi à Munich. Les Françaises, qui visaient le podium, terminent loin après de trop nombreuses erreurs (6e).

Sur le podium mondial en 2019 (3e), les Italiennes ont été sacrées championnes d'Europe par équipes, ce samedi à Munich. Guidées par leurs deux médaillées individuelles, Asia D'Amato, titrée au concours général jeudi, et Martina Maggio, en bronze après une chute aux barres asymétriques, elles ont devancé la Grande-Bretagne et l'Allemagne, qui s'offre à domicile sa première médaille européenne collective.

lire aussi

Les résultats complets de la finale par équipes

Pour l'Italie, cette victoire a réveillé le souvenir de 2006, une année fabuleuse qui l'avait déjà vue s'imposer par équipes, quelques mois avant que son héroïne, Vanessa Ferrari, ne devienne championne du monde au Danemark. À l'époque, les protégées d'Enrico Casella avaient été les premières à priver l'une des nations phares de la discipline, la Russie (ou l'Union soviétique) et la Roumanie de cette médaille d'or. Cette fois, les premières étaient interdites de compétition du fait de la guerre en Ukraine, les secondes ne sont plus que l'ombre de ce qu'elles furent par le passé.

Quant aux Françaises, médaillées de bronze en 2016, d'argent en 2018, elles dégringolent à la 6e place. Trop de chutes, beaucoup trop pour espérer préserver la 3e place des qualifications. Dès la première rotation, Lorette Charpy, qui disputera la finale à cet agrès dimanche, commettait une erreur et enlevait le nouvel élément qui la singularise. Mais cette bévue n'aurait pu être qu'un accident de parcours si ses coéquipières ne les avaient pas multipliées.

Quatre chances de médailles dimanche

Avant l'ultime chute de Morgane Osyssek au saut, quatre avaient été enregistrées à la poutre : une pour Carolann Héduit, une pour Marine Boyer, deux pour Morgane Osyssek. En abandonnant là plus de quatre points aux trois futures nations récompensées, le destin des Bleues était scellé. Pire, elles seraient devancées par les Pays-Bas et la Belgique.

Sans cette breloque pourtant légitimement convoitée, la France préserve quand même quatre petites chances de médailles grâce aux finales par appareil de dimanche : Aline Friess au saut, Lorette Charpy aux barres, Carolann Héduit à la poutre et Morgane Osyssek au sol.

Les résultats

1. Italie (As. et Al. D'Amato, Maggio, Villa, Andreoli), 165,163 pts.
2. Grande-Bretagne, 161,164.
3. Allemagne, 158,430.
4. Pays-Bas, 156,464.
5. Belgique, 155,530.
6.France (Héduit, Friess, Charpy, Boyer, Osyssek), 155,162.