Montassar Talbi (Tunisie) : « Une occasion en or de se racheter »

Montassar Talbi. (F. Faugère/L'Équipe)

Montassar Talbi, le défenseur de la Tunisie et de Lorient, perçoit le match de mercredi face à la France (16 heures) comme l'occasion idéale de se relancer après la défaite contre l'Australie (0-1).

Pour Montassar Talbi, le défenseur central de Lorient (24 ans), le choc face aux champions du monde français est le meilleur moyen de rebondir après un échec majeur face à l'Australie (0-1). Avec, pourquoi pas, un exploit au bout, mercredi (16 heures), et une qualification pour le prochain tour.

« Avez-vous été sonné par la défaite de samedi contre l'Australie ?
Tout de suite après le match, on a trouvé ce résultat aussi décevant que frustrant. Le foot n'est pas une science exacte et, même si on avait le niveau pour faire mieux, on n'a pas su concrétiser nos actions chaudes. Mais on n'a pas le temps de rester frustrés ! Ce qui est bien, dans ce type de compétition, c'est qu'on enchaîne rapidement. Quatre jours après l'Australie, on a une occasion en or de se racheter, de montrer un autre visage, de faire quelque chose de grand contre la France.

lire aussi : Le classement du groupe D

La Tunisie va devoir marquer à une ou plusieurs reprises, et jouer plus haut sur le terrain. Mais pour le défenseur que vous êtes, comment gérer la profondeur face à une menace aussi tranchante que Kylian Mbappé ? Vous l'avez d'ailleurs affronté début novembre, lors d'un Lorient-Paris-SG (1-2)...
Ce sera forcément un match compliqué au niveau de la gestion des émotions, et du tempo de la rencontre. Il ne faudra pas se disperser, garder un maximum d'équilibre, être patient, ne pas se contenter de défendre ou se jeter à l'abordage en attaque. La France possède de très belles individualités, c'est une très bonne équipe en transitions. Oui, Mbappé est l'un des meilleurs joueurs du monde dans ce domaine, et je l'ai affronté il y a trois semaines, mais ce n'est pas lui contre moi, il s'agit de 11 joueurs contre 11 joueurs. Pleins de facteurs vont compter, l'ambiance, l'enjeu, la physionomie du match...

Le soutien massif des supporters tunisiens, à Doha, est-il un atout ?
Nos fans sont très importants, ils nous ont poussés jusqu'au bout lors du second match face à l'Australie. Nous avons perdu, ils étaient déçus, forcément, mais ils continuaient de chanter... La force qu'ils nous donnent est incroyable, c'est peut-être la meilleure foule de supporters ici au Qatar.

lire aussi : Talbi (Lorient) : « Je me considère comme un caméléon »

En qualité de binational, né en Île-de-France en mai 1998, que représente ce match contre la France ?
J'ai beaucoup d'amis et de famille en France, comme la majorité des joueurs de la sélection, mais on porte tous le maillot de la Tunisie. Ce serait forcément un jour spécial pour nos entourages, mais nous, on veut donner le meilleur pour la nation et gagner.

Le parcours de la sélection marocaine, victorieuse de la Belgique (2-0), peut-il vous servir d'exemple ?
Bien sûr, nous avons regardé leur match, ils ont réalisé une très belle performance, et nous sommes fiers de nos frères marocains. Ils peuvent être inspirants, mais nous le savions déjà avant de venir : nous pouvons faire quelque chose de bien, nous l'avons montré lors de notre premier match contre le Danemark (0-0). La France est un défi très important, mais nous avons les capacités et les compétences pour les contrarier, nous sommes prêts à les affronter. Demain, on va croire en nos chances.

lire aussi : Votre onze pour France-Tunisie : un changement intégral