NBA : "Un sale batard", incroyable anecdote sur les mythiques finales de Jordan et les Bulls

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

A la fin des années 90, la rivalité entre les Los Angeles Lakers et le Utah Jazz était à son paroxysme en NBA. Les tensions étaient présentes sur le terrain entre le duo composé de Michael Jordan et Steve Kerr, et celui composé de Karl Malone et de John Stockton. L'actuel entraîneur des Golden State Warriors est revenu sur cette bataille et sur l'attitude de certains joueurs.

Pendant un peu moins de quinze ans, Michael Jordan a mené les Chicago Bulls vers les sommets, remportant au cours de sa longue carrière six titres NBA, dont les deux derniers face au Utah Jazz. Une équipe menée alors par un duo composé de Karl Malone et de John Stockton. La finale 1998 opposant les deux équipes est même entré ans la légende en raison du shoot inscrit par Michael Jordan en toute fin de match. Le dernier avant de prendre sa deuxième retraite sportive (il reviendra en 2001 sous les couleurs des Wizards de Wishington). Une action décrite par le joueur : « Je n’avais aucune intention de faire la passe, sous aucun prétexte. Je me suis dit que j’avais intercepté la balle, et que l’opportunité de gagner ou perdre le match était pour moi. J’ai drivé, je me suis arrêté d’un coup, j’ai pu me lever et j’ai eu un jump shot facile. De manière assez ironique, j’avais d’habitude toujours un problème pour déclencher des jump shots en partant sur ma droite, parce que j’avais tendance à être trop court. Normalement, je prenais un peu une position de fadeaway. Mais ce soir-là, tous mes jumpers avaient été courts,…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles