Paris se relance et fait tomber Magdebourg, leader de son groupe en Ligue des champions

Jannick Green a été décisif dans la cage parisienne mercredi à Magdebourg. (S. Mantey/L'Équipe)

Après son revers face à Toulouse en Championnat, le PSG a relevé la tête en Ligue des champions en s'imposant (29-22) sur le parquet de Magdebourg. Portés par un grand Jannick Green, les Parisiens ont rassuré défensivement.

En plein doute après sa lourde défaite à Toulouse (35-27) en Liqui Moly Starligue, le PSG s'est relancé mercredi en Ligue des champions sur le parquet de Magdebourg (29-22). Les Parisiens se sont rassurés défensivement et ont bouclé le match avec leur plus faible total de buts encaissés depuis le début de la saison. Le portier Jannick Green a été l'auteur d'un gros match, avec 11 arrêts. Les Parisiens ont brillé par leur efficacité, tous les joueurs ayant fini le match à plus de 50 % au tir.

Pourtant privés de Nikola Karabatic (Covid-19) et de Dominik Mathé (genou gauche), les Parisiens ont parfaitement entamé la partie, sous l'impulsion de leur gardien, en pleine forme face à ses anciens partenaires (9 arrêts en première période) et auteur de nombreuses parades décisives (3-1, 4e ; 12-6, 20e). La défense francilienne, axe faible du PSG depuis le début de la saison, a été très performante.

Les équipiers de Luka Karabatic ont ainsi rejoint les vestiaires avec seulement dix buts encaissés (contre 17 à Veszprem ou 16 contre Plock lors des deux premières journées). Paris, qui a rapidement fait le break grâce à Dainis Kristopans (3-1, 4e), n'a plus jamais compté moins de trois buts d'avance et a atteint la mi-temps avec un avantage de huit buts (18-10).

lire aussi

Calendrier et résultats du Groupe A

Solé, meilleur marqueur du premier acte

Offensivement, Paris a pu s'appuyer sur un Ferran Solé, meilleur marqueur du premier acte avec cinq buts, décisif en transition (11-6, 20e ; 14-8, 24e). Yoann Gibelin, tout juste remis d'une fissure au tibia, a inscrit le premier but de sa carrière en Ligue des champions (15-8, 26e).

La pause n'a rien changé aux intentions parisiennes. Toujours compacts défensivement et sauvés par un Green en feu, auteur de deux superbes parades en face-à-face (36e puis 39e), les hommes de Raul Gonzalez ont rapidement porté l'écart à dix buts à la suite d'une réalisation de David Balaguer, parfaitement servi par Luc Steins (22-12, 37e).

Tout en maîtrise, le club de la capitale a tenu l'écart durant toute la seconde période. Elohim Prandi (5 buts) s'est distingué, muselant parfaitement Omar Magnusson, le principal danger côté allemand.

Paris, qui revient à hauteur de son adversaire du soir, défiera Zagreb lors de la quatrième journée, le 5 octobre.

lire aussi

Toute l'actualité du handball