Plongeon extrême - Un plongeon extrême à 27 mètres décrypté par la légende Gary Hunt

·4 min de lecture

Avant l'ultime étape du Red Bull Cliff Diving, dans les Pouilles, ce dimanche en Italie, le désormais nonuple champion du monde de plongeon extrême franco-anglais Gary Hunt nous explique chaque étape d'un plongeon à 27 mètres. Trois secondes de saut avant d'entrer dans l'eau à plus de 85 km/h. En haut de la plateforme : « Une sorte de méditation » « C'est le moment qui fait le plus peur, le plus stressant. On a souvent plein de doutes et de peur. Il faut rester concentré, répéter le plongeon dans la tête. Moi, j'essaie de penser à mon souffle. Je mets mes pieds en place, je fais une respiration et je saute. C'est une sorte de méditation. Il y a moins de pensées négatives, moins de doutes. Le moment où on quitte la plateforme, tous ces doutes s'en vont. C'est un moment très difficile à décrire, un vrai plaisir : tu sais que tu ne peux plus reculer car tu as déjà sauté, tu n'as pas le choix et ton corps réagit sans que tu y penses. Comme un pianiste qui joue, sans penser aux notes. C'est juste les muscles qui se souviennent, par la répétition, de ce qu'il faut faire. » En l'air : « Un moment très pur » « Là, je ne sens pas l'adrénaline, ça c'est avant. En l'air, c'est un moment très pur car il y a aucune pensée parasite, il y a pas le temps de penser à autre chose. Ton cerveau et ton corps font en sorte que tu arrives dans l'eau sans te blesser, car c'est un moment hyper dangereux. Ton cerveau fait ce qu'il doit faire. Les premières deux secondes (sur les trois d'un plongeon à cette hauteur), c'est vraiment un automatisme. Généralement, on fait tous les saltos et les vrilles dans les deux tiers. Par contre, ton cerveau reste ouvert pour sentir des choses. Par exemple, si on tourne trop vite ou trop longtemps, il faut faire des ajustements dans l'air. Le dernier tiers, où on a fini la plupart des saltos, on regarde l'eau et cette seconde qui reste, c'est là qu'il faut faire des corrections et des ajustements pour arriver verticalement. C'est un moment très important. Il faut réagir très vite, surtout quand il y a des grandes vagues. Parfois, on plonge de 28 mètres, et si on plonge une demi-seconde après, ça peut être 26 mètres, à cause des vagues, ce qui est une différence énorme. » L'entrée dans l'eau : « Tu le sens partout dans ton corps » « Les bras doivent être collés au corps, de préférence en dessous du maillot de bain, pour se protéger. Les pieds sont importants aussi, on arrive pas avec les pointes et pas avec les pieds plats, sinon ça va faire mal. C'est comme si on était par terre : les orteils en flexions et les talons en haut. Comme ça, ça fait un trou dans l'eau pour que le corps puisse passer. Ça devient naturel au bout d'un moment, mais c'est facile de faire une erreur rien qu'avec l'angle des pieds et ça peut être très dangereux. Ce moment passe tellement vite... Si c'est un plongeon difficile, on voit l'eau une fraction de seconde avant d'entrer dans l'eau. Mais sur un bon plongeon, dans de l'eau chaude et calme comme ici, c'est un plaisir. Ça fait pas mal, mais c'est violent quand même, tu le sens partout dans ton corps. Mais on est pas toujours dans des conditions comme ça, on fait pas tout le temps des plongeons parfaits. La plupart du temps, ça fait mal, soit à cause de tes pieds, tes fesses ou au menton. Après, j'ai pas besoin de penser à remonter à la surface, c'est un réflexe et ça se fait tout seul. L'eau m'arrête en moins d'une seconde. J'ai jamais pensé à ce moment-là, c'est naturel. Tu remontes et tu profites de ce moment très agréable car chaque plongeon est une épreuve. Et ce moment-là, quand tu remontes, même si tu as un peu mal, c'est toujours un plaisir car tu sais qu'il n'y a plus de risque. Tu n'as plus besoin d'avoir peur, tu as juste à nager tranquillement. C'est très agréable. » L'ultime étape dimanche Le circuit mondial de plongeon extrême, le Red Bull Cliff Diving, va se conclure ce dimanche, avec la dernière étape dans les Pouilles, en Italie, à Polignano a Mare (diffusée sur L'Equipe Live à partir de 14 heures et sur la chaîne L'Equipe à 17h05). Le Franco-britannique Gary Hunt et l'Australienne Rhiannan Iffland sont déjà assurés de décrocher un nouveau titre mondial, respectivement pour la 9e et 5e fois.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles