Rugby - Top 14 - Toulouse pulvérise Castres et remporte le derby

·2 min de lecture

Victorieux (41-0) de Castres avec le bonus offensif samedi soir à Ernest-Wallon, les Toulousains conservent le leadership du Top 14 à l'issue de la huitième journée. Le match : 41-0 Très rapidement, sans même une minute d'observation, le Stade Toulousain s'assura que ce derby resterait bien en sa faveur en inscrivant dix-sept points en autant de minutes, les premières. Un sans-faute, donc, qui laissa Castres atone. Une passe au pied de Romain Ntamack pour l'essai de Maxime Médard (2e), fut suivie d'un essai signé Thomas Ramos (9e) après une série de passes millimétrées. Ajoutez à cela un but (17e) et deux transformations de l'arrière toulousain, et voilà comment les champions de France se mirent hors d'atteinte. Ensuite, Castres connut, certes, une belle période de domination territoriale et au moins quatre occasions franches d'essai (20e, 25e, 30e, 35e) mais, comble d'ironie, c'est Toulouse qui fit fructifier une de ses rares incursions dans le camp tarnais par l'incontournable Thomas Ramos (37e) pour virer à 20-0 à la pause. lire aussi Le film de Toulouse-Castres En seconde période, bis repetita placent, Antoine Dupont s'évada au ras d'un ruck, échappant à trois défenseurs (dont son vis-à-vis Rory Kockott) pour fixer l'ouvreur tarnais Ben Urdapilleta et envoyer son compère Romain Ntamack à l'essai, celui du bonus offensif, juste retour des choses pour le maître à jouer toulousain (45e, 27-0). Les doubles champions de France en titre déroulèrent sans problème la suite d'un derby qu'ils maîtrisaient, Antoine Dupont se baladant dans la défense castraise (50e) avant d'offrir d'une passe tranchante un essai à son ailier Juan Cruz Mallia (54e, 34-0) et passer ensuite à l'ouverture, Ntamack glissant au centre, ce qui n'empêcha pas, bien au contraire, Juan Cruz Mallia de réussir un doublé (61e) pour épaissir le score. lire aussi Le classement du Top 14 88 Le pourcentage de réussite au pied de l'arrière international toulousain Thomas Ramos (7/8). Le fait : la défense toulousaine reste hermétique On construit un succès en défense et c'est en attaque que le score s'établit. Après avoir marqué dix-sept points en autant de minutes, les Toulousains démontrèrent aussi qu'ils avaient des vertus défensives. Pendant un quart d'heure (20e-35e), ils restèrent plantés devant leur ligne d'en-but mais ne cédèrent pas devant les coups de boutoir castrais, lesquels eurent au moins quatre occasions de marquer, à chaque fois gâchées sous la pression défensive adverse, bien articulée autour de François Cros. Idem en seconde période, dans les dix dernières minutes au cours desquelles Castres, dominant, se heurta à la défense toulousaine sans parvenir à marquer.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles