Ski freestyle - CM - Tess Ledeux et Antoine Adelisse en reconquête pour la reprise de la Coupe du monde

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Premiers skieurs français à retrouver la Coupe du monde, Tess Ledeux et Antoine Adelisse démarrent leur saison olympique aujourd'hui en Suisse, à Chur. Tous deux rêvent d'or et de cristal. Avant de voir Alexis Pinturault dévaler les pistes autrichiennes samedi pour défendre son globe de cristal, place au freestyle. Les premiers à ouvrir la Coupe du monde de ski : Tess Ledeux et Antoine Adelisse lancent ce vendredi leur saison olympique en terre suisse, à Chur, en big air, après un été où ils n'ont jamais autant transpiré en préparation physique. lire aussi Les riders à suivre cette saison « Je me sens plus en forme que d'habitude », confirme Tess Ledeux, qui a remporté deux globes de cristal en mars, le gros du freestyle et celui du slopestyle. La Plagnarde, qui va fêter ses 20 ans le mois prochain, sera la chance n° 1 de médaille en freeski aux JO de Pékin en février, en slopestyle comme en big air, la nouvelle discipline olympique. Tess Ledeux « J'ai envie de faire une bonne saison, avec ou sans les JO » Sans annoncer médiatiquement placer le rendez-vous chinois au-dessus de tout. « Bien sûr, j'ai des objectifs aux Jeux, mais il ne faut pas négliger ce qu'il y a à côté, assure la double championne du monde. J'ai envie de faire une bonne saison, avec ou sans les JO. » Même rengaine chez Antoine Adelisse, numéro 2 mondial de big air, qui rêve aussi d'un podium en slopestyle. « Je ne joue pas ma vie aux JO, précise le médaillé d'argent des derniers X Games. Ça peut la changer oui, mais il faut relativiser aussi. Il y a les X Games, les Coupes du monde, un globe à aller chercher. » Car le duo a performé tout au long de la saison dernière : deux médailles aux X Games et cinq podiums dont trois victoires en Coupe du monde (sur 5 étapes). Seule ombre au tableau : des Mondiaux 2021 ratés (0 podium). L'enjeu sera de gérer ce stress du moment, surtout dans le freestyle où le mental reste si décisif. « Ils sont attendus de toute façon, concède Greg Guenet, le coach français. Même si ça ne se voit pas, c'est sûr qu'ils ont un peu plus de pression. » Un enchaînement intense les attend Les deux sont passés à côté des précédents JO en 2018, en slopestyle, une édition « catastrophique », selon les mots d'Adelisse (30e pour lui, avec deux chutes) et abordent 2022 avec plus d'expérience et de recul. Éliminée dès les qualifications alors qu'elle était championne du monde en titre, Ledeux parle, elle, du « pire échec de [s] a vie ». Avant de rebondir et d'empiler les titres. « Aujourd'hui, j'ai l'impression que c'était un passage primordial, une chance, dans la construction de ma carrière, assure la quintuple médaillée des X Games. Plein de belles choses se sont passées depuis et je me sens plus forte et plus prête pour ce qui va arriver. » Un enchaînement intense les attend avant de s'envoler pour la Chine en février, avec sept manches de Coupe du monde et les emblématiques X Games en janvier aux États-Unis. Dans leurs valises, les Plagnards comptent bien caler des nouveautés, des figures encore jamais réalisées en compétition, pour bluffer la scène internationale.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles