Tchouaméni après la victoire des Bleus contre le Danemark : « On sait ce qu'on doit faire »

Aurélien Tchouaméni ce samedi face au Danemark. (F. Faugère/L'Équipe)

Aurélien Tchouaméni, le milieu des Bleus, satisfait de la qualification en huitièmes de finale à l'issue du succès contre le Danemark (2-1), samedi, estimait que l'équipe de France n'avait pas pour autant envoyé de message à ses adversaires.

« On a eu le sentiment depuis les tribunes d'un match rude. Avez-vous eu la même impression ?
C'est la Coupe du monde, on s'attendait à ça, qui plus est face à ce type d'adversaire. Je pense qu'on a répondu présent. Du début jusqu'à la fin. La victoire est méritée.

Est-ce que vous continuez à être impressionné par Kylian Mbappé ?
Oui et non parce qu'on commence à avoir l'habitude, on le suit tous les week-ends, on sait de quoi il est capable. C'est vraiment bien de l'avoir avec nous, à ce niveau-là.

Est-ce un leader dans votre groupe ?
Il fait partie des leaders techniques mais aussi par la voix. La chance qu'on a dans l'équipe c'est que tout le monde est capable d'écouter et tout le monde est capable de dire tout ce qu'il pense. Kylian prend la parole.

La qualification en huitièmes de finale acquise, estimez-vous qu'il faut faire tourner le onze face à la Tunisie ?
Je ne suis pas le coach (rires). On va dire qu'historiquement quand les deux premiers matches sont gagnés, le coach a plus de facilités à faire des rotations, donc je ne pense pas que ça va être le même onze.

lire aussi : Les notes de France-Danemark : Mbappé et Griezmann ont porté les Bleus

Comment vous êtes-vous senti sur ce deuxième match ?
Je me sens bien, je pense que je suis monté en puissance entre le premier et le deuxième match. Aujourd'hui, c'était un match qui demandait autre chose. Après, j'ai des qualités pour faire plein de choses. Mais on me demande de respecter un rôle bien précis. Forcément, des fois c'est un peu plus sobre mais il faut respecter et à partir du moment où j'aide l'équipe, c'est le plus important.

N'y a-t-il pas une frustration de jouer dans ce rôle plus restrictif ?
Non non. Comme le coach l'a dit, je suis capable de faire pas mal de choses. Avec les joueurs qu'on a dans l'équipe, il faut savoir faire un autre boulot. S'il y a besoin de faire ça pour l'équipe, il n'y a aucun problème. Aujourd'hui, j'ai pu montrer mes qualités offensives,

Quel regard portez-vous sur la prestation d'Antoine Griezmann à ce poste de relayeur ?
On sait que c'est un joueur avec un gros volume de jeu, d'habitude, il joue plus haut, mais sur ce début de compétition, il nous aide beaucoup. Avec Adri (Rabiot), ça se passe bien. On essaie d'être compact, de récupérer des ballons.

Quelle est la répartition entre vous et Adrien Rabiot ?
Je ne vais pas donner les consignes du coach (rires). Ce que je peux dire, c'est qu'entre la phase offensive et la phase défensive, il y a une différence. Il y en a un qui doit un peu plus rester et l'autre qui peut se projeter un peu plus.

Avez-vous été impressionné par le volume et les replis défensifs d'Ousmane Dembélé ?
Franchement ouais (rires). Il a récupéré des ballons hein (rires). Je regarde les matches du Barca de temps en temps, il ne défend pas autant mais franchement aujourd'hui, sur le volume, il m'a impressionné.

Vous êtes la première sélection qualifiée pour les huitièmes de finale. Avez-vous envoyé un message à vos adversaires ?
On n'a de messages à envoyer à personne. On sait ce qu'on doit faire. »

lire aussi : Raphaël Varane après la victoire de la France face au Danemark : « C'est toujours le talent qui fait la différence »