Tennis - Départ de Forget - Sacre en Coupe Davis, directeur de tournois, Guy Forget a vécu beaucoup de choses depuis 1999

·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après avoir quitté son poste de directeur des tournois de Roland-Garros et du Rolex Paris Masters, Guy Forget se retrouve sans poste officiel au sein de la Fédération française de tennis. Une première depuis 1999. Vingt-deux ans durant lesquelles Forget aura été un grand témoin de l'histoire du tennis. Guy Forget, c'est bien évidemment et d'abord un des plus beaux palmarès du tennis français avec 11 titres. Le gaucher à la raquette si particulière conçue pour lui par Lacoste aura grimpé jusqu'à la quatrième place mondiale en 1991. Durant cette année qui aura été la plus belle de sa carrière, il a notamment remporté les tournois de Cincinnati et de Bercy, sans oublier la Coupe Davis face aux États-Unis. Également brillant en double, il compte un Masters (avec Jakob Hlasek, en 1990) et une troisième place mondiale. Mais c'est plutôt sa carrière une fois la raquette laissée dans le sac qui va nous intéresser. Car, jusqu'à son départ de la FFT, Guy Forget a toujours fait partie du paysage. Un capitaine sacré en Coupe Davis et en Fed Cup On a peut-être tendance à l'oublier, mais Guy Forget est resté 14 ans à la tête de l'équipe de France. Un record. Son mandat avait bien commencé avec une finale face à l'Australie en 1999. Mais il lui faudra attendre deux ans de plus pour soulever un troisième saladier, le premier en tant que capitaine. Alors que les Australiens avaient un peu gâché sa première saison à ce poste en s'imposant à Nice, Forget prendra sa revanche à Melbourne. Avec sa bande (Escudé, Grosjean, Clément, Pioline et Santoro), il réussit la saison parfaite avec quatre victoires à l'extérieur et une finale dantesque face à Hewitt et Rafter sur leur gazon. L'année suivante, il est de nouveau en finale, à Bercy et face à la Russie. Mais la coupe échappe aux Bleus. Ce n'est que huit ans plus tard que la France retrouvera la finale, avec une nouvelle défaite face à la Serbie à Belgrade. Solide capitaine, Forget a aussi pris en mains l'équipe de Fed Cup de 1999 à 2004. Épreuve qu'il remportera avec sa grande amie Amélie Mauresmo, Mary Pierce, Emilie Loit et Stéphanie Cohen-Aloro en 2003 face aux États-Unis. Il sera finaliste l'année suivante, laissant la victoire à la Russie. Un directeur de tournois qui aura accompagné les grands projets En 2012, Forget est nommé directeur d'un tournoi qui s'appelle encore Bercy. Si l'épreuve fait partie des plus importantes du circuit, sa place dans le calendrier n'est pas un avantage. Dernier gros tournoi de la saison, Bercy peine parfois à attirer des joueurs qui ont déjà en poche leur qualification pour le Masters oui qui n'ont plus rien à gagner niveau classement. Mais Forget est resté très proche du circuit et des joueurs. Il déploie alors des trésors de diplomatie pour s'assurer de la présence des meilleurs. Surtout, en 2017, il parvient à signer un partenariat avec Rolex, ce qui redonne un second souffle financier au tournoi qui devient le Rolex Paris Masters. Mais son grand oeuvre sera surtout à Roland-Garros, dont il est nommé directeur en 2016. Porte d'Auteuil, Forget n'aura pas été le maître d'oeuvre des grands projets, mais il aura su les accompagner et tenir bon quand le vent contraire soufflait fort. Au niveau des joueurs, s'il a bien assisté à la domination de Rafael Nadal, Forget a dû faire face aux absences de Roger Federer, volontaires ou pas. Car quand il n'était pas blessé, le Suisse avait bien fait comprendre que Roland-Garros n'était plus une priorité pour lui. Interrogé après chaque désistement du joueur que tout le monde voulait voir à Paris, Forget devait une nouvelle fois faire preuve de diplomatie en expliquant que la décision de Federer n'était pas un manque de respect envers le tournoi et que ce dernier n'avait rien perdu de son attractivité. Finalement, il n'aura accueilli le Suisse qu'à deux reprises (2019 et 2021). C'est aussi lui qui sera monté au créneau lorsque Roland-Garros avait annoncé sans discussions préalables son déplacement à l'automne en 2020, à cause de la pandémie et des premiers confinements. La décision était celle de la FFT, mais c'est Forget qui l'a défendue. Il aura également parrainé les dernières transformations du stade avec la rénovation du court Philippe-Chatrier et la mise en place d'un toit rétractable. Il aura vu la naissance du court Simonne-Mathieu dans les serres d'Auteuil, qui aura permis de faire rentrer Roland-Garros dans une nouvelle ère, grâce aussi aux premières sessions nocturnes, dont la programmation avait été sujette à discussions. Enfin, c'est aussi sous son patronage que la retransmission du tournoi du tournoi aura fait un grand pas vers le numérique avec la signature d'un contrat avec Amazon Prime en 2021.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles