Extra Time
  • Tanking sauvage

    Le plateau de la lottery 2013 (DR)Pour la deuxième fois de l’année, je vais vous parler du « tanking », cette pratique qui consiste à sciemment avoir de mauvais résultats pour se donner le maximum de chances de choisir haut dans la draft.

    Si je vous en reparle, c’est parce que la draft 2014 s’annonce historique avec une génération exceptionnelle de lycéens nord-américains. Elle est aussi attendue que celles de 1984 (Olajuwon, Jordan, Barkley…) et 2003 (LeBron, Anthony, Bosh, Wade…) et des franchises semblent avoir décidé de sacrifier la saison 2013/14 pour idéalement se placer.

    Je pense à Toronto et Philadelphia qui ont

    En lire plus »de Tanking sauvage
  • Boston : la fin d’une époque

    boston-fin-epoqueAvant de parler des Celtics, quelques mots sur la draft 2013 avec les sélections de trois Français supplémentaires : Rudy Gobert (Utah), Livio Jean-Charles (San Antonio) et Jeoffrey Lauvergne (Denver). C’est d’abord la preuve que la formation à la française fonctionne et surtout perdure depuis 10 ans. Espérons juste que ces nouveaux départs outre-Atlantique ne pénaliseront pas l’Equipe de France dans les années à venir...

    C’est aussi la preuve que cette draft était d’un niveau moyen, et que les Etats-Unis n’ont plus forcément ce qui se fait de mieux dans une classe d’âge. Cette nuit, 12 des 30

    En lire plus »de Boston : la fin d’une époque
  • « Je peux pas, j’ai piscine… »

    Kevin Séraphin et Joakim Noah absents en Slovénie (DR)Une fois de plus, l'Equipe de France disputera une grande compétition sans être au complet. Il n’y a pas de quoi être surpris ou frustré puisque c’est devenu un classique. Depuis lundi, on sait ainsi que Vincent Collet devra se passer en Slovénie de Joakim Noah, Kevin Séraphin et Ian Mahinmi. A ces trois-là, il faut ajouter Ali Traoré, blessé au genou.

    Ce qui est regrettable dans un premier temps, ce n’est pas forcément l’identité des absents. C’est surtout qu’il s’agisse de quatre pivots, une denrée rare, et que la France a attendu pendant des années. Aujourd’hui, trois d’entre eux sont en

    En lire plus »de « Je peux pas, j’ai piscine… »
  • A vaincre avec péril, on triomphe avec gloire

    LeBron James, doublement champion (Getty Images)C’est dans l’adversité qu’un grand champion se révèle. Dans la défaite aussi parfois. Sans Frazier, pas de Mohammed Ali. Sans Prost, pas de Senna. Sans Federer, pas de Nadal. Sans la fessée infligée par les Spurs en 2007, ou le couac face à Dallas en 2011, pas de LeBron James non plus.

    C’est aussi dans les plus grands événements que les champions entrent dans la légende. Pas de Zinedine Zidane sans ses deux buts en finale de Coupe du Monde. Pas de Bob Beamon sans son record du Monde aux Jeux de Mexico.

    Cette nuit, LeBron James a cumulé les deux. Dans le match le plus important de la carrière

    En lire plus »de A vaincre avec péril, on triomphe avec gloire
  • Et la lumière est venue de Ray Allen…

    Ray Allen et Tony Parker regardent si le ballon va rentrer... (staff photo)Je regrettais que cette finale manque d’émotion et de dramaturgie, et j’ai donc été servi. N’y allons pas par quatre chemins : on a assisté cette nuit à l’un des plus grands matches de l’histoire de la NBA. Pas besoin de prendre du recul pour le dire car il y avait tout dans ce match remporté 103-100 par Miami. Il y a même eu un tir à 3-points sur une chaussure, des exploits de LeBron James sans bandeau, ou encore le réveil de Tony Parker dans le money time. Et bien sûr, ce 3-points dans le corner de Ray Allen pour envoyer tout le monde en prolongation.

    Le genre de match dont on recausera dans

    En lire plus »de Et la lumière est venue de Ray Allen…
  • Manu Ginobili titulaire : un choix humain avant d’être tactique

    Manu GinobiliFinalement, Gregg Popovich a craqué. Pour répondre au changement tactique d’Erik Spoelstra, qui avait réduit la taille de son cinq de départ, il s’est adapté, et a changé son cinq de départ. Et comme l’an passé, face à OKC, c’est Manu Ginobili qui a retrouvé le cinq de départ, en lieu et place de Tiago Splitter, devenu inutile face au cinq "small ball" du Heat. Une première en un an. Et une première qui marquera les esprits puisque l’Argentin a répondu aux attentes avec 24 pts et 10 pds pour une victoire des Spurs (114-104).

    Plus que l’adaptation tactique de Gregg Popovich, je retiendrai sa

    En lire plus »de Manu Ginobili titulaire : un choix humain avant d’être tactique
  • Le leurre Miller

    Mike Miller (DR)Ce Game 4 entre les Spurs et le Heat n’aura finalement duré que 47 secondes. C’est le temps qu’il aura fallu à Gregg Popovich pour se rendre compte qu’Erik Spoelstra l’avait piégé. Je dirais même doublement piégé.

    En fait, le coach de Miami a décidé de revenir à un cinq « small ball » avec LeBron James au poste 4, et la titularisation de Mike Miller en 3. L’objectif : écarter le jeu au maximum avec un shooteur à 3-points. L’année dernière, et pendant la saison régulière, c’est Shane Battier qui jouait ce rôle. Et puis, face aux Pacers, Spoelstra avait décidé de muscler sa raquette avec Udonis

    En lire plus »de Le leurre Miller
  • LeBron James pris au piège

    LeBron James à terre (Reuters)Vous imaginez bien que LeBron James va vivre deux jours très pénibles. Le quadruple MVP rate pour l’instant sa finale. Comme en 2007. Et c’était déjà face à San Antonio. Cette nuit, il a rendu une pâle copie à 7/21 aux tirs, et Miami s’est incliné de 36 points. Une humiliation individuelle et collective.

    Je lis un peu partout que sa faillite est mentale, qu’il est incapable de répondre dans les grands rendez-vous. C’est vrai que dans le 4e quart-temps, je l’ai vu baisser les bras, et c’est très rare chez lui. Tellement rare que ça m’a rappelé la fin de son parcours avec les Cavs ou la finale

    En lire plus »de LeBron James pris au piège
  • Un Miami à réaction

    Kawhi Leonard (AP)Je l'ai souvent écrit depuis deux ans, le Heat est une équipe qui est davantage dans la réaction que l’action. A chaque fois, ou presque, que Miami a perdu un match dans ces playoffs, le champion en titre a réalisé une grosse prestation derrière.

    Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le Heat n’a plus perdu deux matches de suite depuis début janvier. Cette équipe a donc cette faculté à trouver les bons ajustements d’un match sur l’autre, cette deuxième manche face aux Spurs l’a confirmé.

    Après avoir été dominés dans la gestion de la balle et le jeu en mouvement lors du Game 1, les coéquipiers de

    En lire plus »de Un Miami à réaction
  • Nanterre : le printemps vert du sport français

    JSF Nanterre, champion de France 2013 (DR)C’est fait, la JSF Nanterre a créé le plus gros exploit du sport collectif français, en s'imposant 3-1 en finale de la Pro A face à la SIG de Vincent Collet. Vingt ans après que le CSP Limoges a donné au sport masculin sa première coupe d’Europe des champions, le club francilien devient le premier « petit poucet » à bousculer la hiérarchie, et à devenir champion de France avec le deuxième plus petit budget du championnat.

    C’est un peu comme si Ajaccio était devenu champion de France de foot. Même si je reconnais que la comparaison est inappropriée puisque le titre de Nanterre doit beaucoup à

    En lire plus »de Nanterre : le printemps vert du sport français

A propos de Fabrice Auclert

Journaliste et chef d’entreprise, Fabrice Auclert a grandi aux sons de la voix de George Eddy et des dribbles de Magic, Bird et Jordan. Depuis 1996, il est l’homme qui se cache derrière Basket USA. Sur Yahoo!, il nous fait vivre l’Extra Time, les prolongations en Français. Il vous livre ses impressions sur la saison de nos compatriotes tout en dénichant des infos croustillantes ou des vidéos insolites sur les stars de la NBA.