Extra Time

James Harden transféré à Houston : un petit marché perd un grand joueur

James Harden - Getty ImagesLe lockout n'aura donc servi à rien… Les « petits marchés » comme Oklahoma City n'ont pas les moyens de conserver leurs meilleurs joueurs sans faire de sacrifices. A l'inverse, Houston (« grand marché ») est toujours prêt à faire des folies, et va donc casser sa tirelire pour James Harden.

Outre le fait que c'est encore l'appât du gain qui motive certains joueurs, c'est ce que je retiens d'abord de cet échange retentissant entre les Rockets et le Thunder. Un deal qui m'a surpris évidemment. Je pensais le camp Harden assez raisonnable pour accepter un contrat de 55 millions sur quatre ans. Ils en voulaient 60. Le Thunder n'a pas cédé, et a préféré se séparer de l'un de ses « enfants ».

Je parle d'enfants car le Thunder avait démontré depuis plusieurs saisons qu'il formait une famille. Comme peut l'être San Antonio. Logique puisque la tête pensante du Thunder, Sam Presti, est un ancien de la maison Spurs et qu'il a pour modèle Gregg Popovich.

A OKC, on ne dépensera jamais un dollar qu'on n'a pas. On privilégie toujours l'intérêt collectif avant l'intérêt personnel. On pensait que le trio Westbrook-Durant-Harden était lié à la vie, à la mort. Ils ont tous les trois moins de 25 ans. Ils sont allés en finale NBA l'an passé. Ils sont coéquipiers en sélection. J'en faisais les favoris de la conférence Ouest, et je les voyais revenir en finale.

Mais voilà, contrairement à Serge Ibaka, Harden a été trop gourmand, et le Thunder a frappé fort : un transfert aux Rockets, l'équipe la plus faible de la conférence (sur le papier). Une équipe en reconstruction qui a fait des folies cet été en misant sur 50 millions sur Jeremy Lin et Omer Asik, deux joueurs qui n'ont pas prouvé grand-chose.

Là, Houston récupère une star. Pas encore une superstar, mais Harden est le meilleur 6e de la ligue et récent champion olympique. A Houston, il va être le patron. Il a les épaules pour en être le franchise player. Il va falloir qu'il justifie ce coup de pression mis aux dirigeants du Thunder, car il peut, à l'arrivée, être le grand perdant de l'affaire. Quand rejouera-t-il le titre ? Peut-être pas avant cinq ans...

La NBA est aussi selon moi perdante dans cette affaire. Les nouvelles règles mises en place l'an passé sont censées protégées les petits marchés et éviter que les plus gros se goinfrent. La "luxury tax" effraie finalement d'abord les petits marchés, et fait sourire les gros (Nets, Lakers, Rockets...) .Cet été, les Lakers ont récupéré Steve Nash et Dwight Howard, en provenance de deux « petits marchés » (Phoenix et Orlando). Le Thunder a perdu James Harden.

Onze mois après la fin de la grève, il y a encore quelque chose qui cloche…

A propos de Fabrice Auclert

Journaliste et chef d’entreprise, Fabrice Auclert a grandi aux sons de la voix de George Eddy et des dribbles de Magic, Bird et Jordan. Depuis 1996, il est l’homme qui se cache derrière Basket USA. Sur Yahoo!, il nous fait vivre l’Extra Time, les prolongations en Français. Il vous livre ses impressions sur la saison de nos compatriotes tout en dénichant des infos croustillantes ou des vidéos insolites sur les stars de la NBA.