Yahoo Foot

Cette fois, c’est grave.

La Ligue 1 perd son sang. L’hémorragie du mois de janvier 2013 est symbolique car elle touche toutes les catégories de joueurs. Les jeunes comme les expérimentés. Les talentueux comme les moyens. Les Français comme les étrangers.

Yanga Mbiwa file à l'anglaise

Yoan Gouffran et Mapou Yanga Mbiwa allongent la liste d’une Ligue 1 dévastée : Loïc Rémy, Mathieu Debuchy, Nene, Guillaume Hoarau, Massadio Haïdiara, Yann M’Vila sont partis. Moussa Sissoko attend le feu vert pour quitter la France. Le mercato se termine le 31 janvier. On n’est pas à l’abri d’une (mauvaise) surprise.

Tous les joueurs augmenteront leur salaire ; tous paieront moins d’impôts mais tous ne sont pas demandeurs. Certains sont poussés vers la sortie. Marseille a contraint Rémy à l’exil. Jean-Michel Aulas allégerait la masse salariale de l’OL si Michel Bastos, Bafétimbi Gomis ou Lisandro allaient voir ailleurs.

La plupart rejoignent l’Angleterre ; le gazon y est plus vert. Là-bas, c’est 100% foot, stades bondés et plaisir du jeu. Les clubs débordent de livres sterling. Faut-il rappeler que la Premier League reçoit chaque année 1,6 milliards d’euros quand le championnat de France plafonne à 600 millions ?

Je n’ai jamais joué le rôle de Cassandre ni envisagé le pire pour le foot de France. Je me suis toujours dit que bon an, mal an, les choses s’arrangeraient, que les clubs avaient un avenir, que le championnat n’était pas si nul que ça. Pour la première fois, je suis inquiet. J’ai regardé les trois matches des trois leaders le week-end dernier : Lyon, Marseille, Paris. Trois purges ! Le reste de la journée ne valait pas mieux. Au-delà du spectacle, un état d’esprit gangrène les équipes. Le manque d’enthousiasme, la résignation, la pauvreté du jeu, les maladresses techniques me sautent aux yeux quand je regarde un match français. Bien sûr, tout n’est pas parfait en Allemagne ou en Angleterre. Il existe des rencontres sans magie. Elles sont sauvées par la mentalité des joueurs sur le terrain, par le plaisir du combat, par les folies des tribunes. Autant de choses que je ne retrouve plus chez nous.

La Ligue 1 perd ses cadres. La valeur de Lille, Montpellier, Lyon, Bordeaux, Marseille etc. baisse. Songez que les deux derniers champions de France, Lille (2011) et Montpellier (2012) occupent les dixième et douzième places du classement et ne sont pas assurés de disputer une coupe d’Europe la saison prochaine.

Le paradoxe du football français tient en trois lettres : PSG. Au moment où tous les clubs traversent une crise sans précédent, le Paris Saint-Germain bâtit une équipe pour devenir la meilleure du monde. La belle et les Clochards. Mais que vaudra une Ligue 1 sans suspense, dominée par un PSG sans rival ? Faut-il espérer l’argent russe de Monaco ou les pétrodollars de je ne sais quel émirat pour acheter l’OM ? A moins qu’il ne faille se résigner, accepter cette finlandisation du football de France et patienter quelques années avant que le vent tourne.

Pascal

A propos de Yahoo Foot

Entouré de Denis Balbir, d’Alexandre Delpérier et de Pascal Praud, Thierry Clopeau anime « Yahoo Foot L’Emission » sur Yahoo Sport. Débats endiablés, analyses passionnées, nos quatre trublions du ballon rond vous donnent rendez-vous tous les lundis sur Yahoo Sport. Chaque jour, retrouvez-les également sur « Yahoo Foot Le Blog », pour un décryptage en profondeur de l’actualité footballistique.