Et si la France gagnait la Coupe du monde en 2018 ?

p_praud
Yahoo Foot

Avec la baraka de Didier Deschamps, l’éclosion de Lemar, le génie de Mbappé, la qualité du groupe. Avec l’expérience de l’Euro 2016 et le vivier du banc de touche, la France sera favorite en Russie. 

On passe d’un extrême à l’autre. C’est la vie du foot. Battue en Suède, les supporters de l’équipe de France imaginaient le pire : ne pas aller en Russie. Victorieux des Pays-Bas, les mêmes chantent I will survive !

Le foot autorise à dire tout et son contraire. Le dernier match imprime le tempo. Que ce soit une victoire ou une défaite, les commentaires changent à 180°. Que faire ? C’est la vie du foot, vous dis-je. Au bistrot comme dans le vestiaire. Deschamps est un supporter comme les autres. Dimitri Payet et Moussa Sissoko ont perdu leur place sur un match. Le 4-0 contre les Pays-Bas les laisse à la maison. Les absents ont toujours tort. Les vérités de juin sont balayées quand aujourd’hui contredit hier.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Nous sommes d’accord : la démonstration contre les Pays-Bas est à relativiser ; les Néerlandais ne valent pas tripette ; les Français ont marqué trois buts à onze contre dix.

Mais au-delà de ce 4-0 et de sa manière, comment ne pas voir dans cette bande de jeunes qui déferlent au Stade de France et qui prennent les places partout dans les meilleurs clubs d’Europe, comment ne pas voir une promesse de succès en Russie ?

Je ne suis pas sérieux ? Je change d’avis comme de chemise ? C’est une génération en or. Des footballeurs qui valent des fortunes. Des talents que l’Europe s’arrache et dont la cote monte plus vite que n’importe quelle entreprise du CAC 40.

L’an passé, Paul Pogba a rejoint Manchester United pour 100 millions d’euros. Cet été, Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé ont dérèglé le marché. Manchester City a cassé sa tirelire pour Benjamin Mendy, le Bayern pour Tolisso, Arsenal pour Alexandre Lacazette. Combien vaut Thomas Lemar aujourd’hui ? 85 millions d’euros ? Ils n’ont pas 25 ans. Ils sont Français. Je ne sais pas si on est chez les fous mais on est chez les riches.

Jamais les Bleus n’ont connu dans l’histoire un pareil alignement des planètes. Autant de solistes, nés en 1993, 94, 95 voire 98 ! L’équipe de France a aussi trouvé son homme providentiel, son Platini ou son Zidane des années futures, son leader sans quoi elle ne gagne jamais rien. La voici favorite. Vingt ans plus tard…  


Pascal 

À lire aussi