La passion en moins ?

d_balbir
Yahoo Foot

De Nice où les jours sont ensoleillés, à Paris où l’automne a depuis quelques jours fait son apparition, la Ligue 1 est en pleine mutation. Entre les polémiques liées à l’arbitrage, des buteurs en manque de réussite ou des recrues inspirées, l’actualité du football français est riche. 

Le championnat se déroule bien, plutôt tranquillement. Il y a eu l'histoire Ben Arfa, il y a l'espoir Balotelli, les arbitres et leurs erreurs, Bastia et sa paranoïa, Lille et ses mystères, l'OM et ses espoirs, mais il y a une phrase lancinante qui cogne dans la tête et qui raisonne de plus en plus fort : « C'était mieux avant. »

Ibrahimovic manque à la Ligue 1 !

Les anti-Cavani se pressent au portillon pour nous faire croire qu'ils savaient qu'un jour l'Uruguayen allait donner sa pleine mesure. C'est tout juste si, comme mon confrère Bruno Roger-Petit, ardent défenseur comme moi de l'ancien joyau de Naples, alors que nous allions presque perdre patience après Arsenal, on ne nous a pas dit : “Nous aussi, on l'a toujours soutenu.” Non. C'est faux. On aura beau essayer de comprendre, le dossier Cavani est trop complexe et très intime, difficile à décrypter. La Ligue des Champions restera comme d'habitude pour Paris et pour son buteur, LE Test. Mais qui s'amuse aujourd'hui ? Ibra nous manque cruellement et même Paris a changé. On ne le dit pas assez, sans doute parce que cela écorche quelques âmes sensibles, mais Paris n'est pas leader de son championnat. Ce n'est pas une opinion, juste un constat. On se cache derrière un carton à Caen ou un scénario idéal contre Dijon… Le leader, c'est Nice.

Nice, un vent de fraîcheur sur le championnat

Oui, Nice. Nice est premier. Baladé par l'équipe allemande de Schalke en Europa League il y a quelques jours, Nice est premier après avoir corrigé Monaco dans un derby qui a fait monter le soufflé. Nice est leader et l'équipe allemande qui aurait pu en mettre 4 sur la Côte d'Azur est lanterne rouge de son championnat avec 0 point, à 9 points de son rival Dortmund et à 12 du Bayern. Incompréhensible ? Reprenons les dossiers…

Leca devra s’expliquer devant la commission de discipline 

Laissons celui de Ben Arfa de côté puisque l'histoire n'est pas réglée et qu'il faut laisser l'entraîneur gérer. D'accord. Paris a pris Ben Arfa et le paie cher pour qu'il reste en tribunes. Gâchis pour tout le monde.

Balotelli inexistant en Coupe d'Europe à l'heure actuelle fait des ravages en championnat. De là à s'extasier et d'en faire une copie d'Ibra, il faudra faire toujours mieux et plus.

Bastia et sa paranoïa. Le gardien Corse, Leca, excellent à Saint-Etienne l'autre jour, a crié au scandale sur un penalty dans le temps additionnel obtenu et transformé par Hamouma. Gâchis. Après une aussi belle prestation de sa part, il aurait dû se taire. En niant l'évidence et en allant même dire que l'adversaire jouait à 12, il a fait retomber tout son club dans l'image qu'on a sans doute à tort de lui, un club “Calimero”, où tous les vents contraires viennent de tous ces méchants qui ne veulent pas d'un club pourtant historique, dans la même cour d'école.

Après Bastia, les arbitres au cœur de la polémique 

Les arbitres ? Que Bastia se rassure. L'incompétence a eu Nantes pour théâtre,  où les Verts, sans un grand Ruffier (un penalty arrêté entre autres) seraient rentrés sans même un point du nul, bien secondaire, étant donné le nombre de blessés ramené par un coach meurtri par un scénario incroyable. Mais en bon Méridional, Christophe Galtier veut tirer de cette rocambolesque soirée, une substantifique moelle.

19 clubs à l’assaut de Paris

De Lille qui voulait prolonger son entraîneur et qui souffre vraiment au fond de son cœur, à Marseille qui a du courage mais peu de réussite, les journées passent, avec cette année, un centre d'intérêt tout neuf. 
Pas de savoir avec combien de points d'avance Paris sera champion, mais si Paris sera champion. Ils sont une armada à vouloir profiter de chaque faux-pas du champion en titre, avec l'histoire Ben Arfa en assaisonnement et la nouvelle idole du Parc en dessert, Edinson Cavani. C'est vrai qu'ils ont toujours tous cru en lui, jusqu'à la prochaine occasion ratée que ma grand-mère aurait converti en but.

À lire aussi