Le célèbre coaching gagnant

Le duel Emery - Genesio

C’est quoi, finalement, un coaching gagnant ? Cette expression demeure un des mystères du lexique du football comme peut l’être la  composition secrète du Coca-Cola. Un coaching gagnant, c’est surtout une tarte à la crème pour expliquer un résultat à l’issue d’un match.

Dimanche, lors de l’égalisation des Lyonnais face aux Parisiens, certains experts ont cru bon de s’enflammer sur le génie tactique de Bruno Génésio, notamment lors de l’égalisation lyonnaise. Après une première période au cours de laquelle son équipe avait failli exploser face à la puissance du PSG, l’entraîneur des Gones a trouvé judicieux de remplacer Rybus par Valbuena et Ferri par Fékir. 

Le schéma tactique a changé (du 4-3-3 au 4-4-2), et l’état d’esprit a évolué. Plus mordants, les Gones ont enfin bousculé les Parisiens qui auraient dû tuer le match durant les quarante-cinq premières minutes en s’offrant 8 frappes au but. 

En marquant son premier but en Ligue 1 depuis depuis treize mois (août 2015), Mathieu Valbuena a-t-il donc validé le choix de Bruno Génésio ? Non, il a  juste corrigé l'erreur majeure de ce dernier qui, en début de match, avait décidé de bétonner en plaçant son bloc équipe trop bas, façon Olympique Marseille au Parc des Princes (0-0). 

De même, son coaching ne peut pas être salué. L’entrée fantomatique de Fekir prouve que l’entraîneur lyonnais ne mesure pas à quel point son attaquant international est à la recherche de ses inspirations géniales. En quarante-cinq minutes, il n’a rien produit de notable.

Autre erreur stratégique majeure : la sortie de Ghezzal au profit de Touzart, à la 80e minute soit au moment où les deux équipes se neutralisaient. Cette option à nouveau défensive a créé un trouble. Conséquence : deux minutes plus tard, Meunier (remplaçant de Ben Arfa) déboulait sur le côté  droit et déposait le ballon sur la tête de Cavani. 

Cette analyse de match à la lumière des changements de Bruno Génésio peut paraître subjective. Nous pouvons admettre cette mauvaise foi. Elle a simplement pour vocation de prouver qu’à la 80e minute, Bruno Génésio était un "maître tacticien", comme le dit Raymond Domenech à la page 7 de l’Equipe. Même si Unai Emery possède un effectif de qualité supérieure, il est tout de même logique de lui rendre hommage.

Son approche du match a été meilleure, et son coaching de fin de match fut décisif. Passant du (4-2-3-1) au (4-4-2), il a bloqué le côté gauche de Lyon pour mieux le prendre à revers grâce à une action Meunier-Aurier menant au but vainqueur. Ca, c’est du coaching gagnant ! Une vraie tarte à la crème, me direz-vous, si Cavani avait manqué son coup de tête… En cas de match nul, tout le monde aurait crié au génie de Génésio. Là, il a tout faux, finalement ! 

 

     

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles