OM : c’est quoi ce mercato ?

p_praud
Yahoo Foot

Il vous fait rêver, vous, le mercato de Marseille ? On m’avait parlé d’Olivier Giroud ou de Moussa Dembelé. Un peu déçu, non ? 

C’est l’histoire d’un mercato sinon en bois, du moins qui n’est pas en or.

Un mercato qui commence dans la précipitation et qui se termine à l’arrache. Un mercato qui était censé faire rêver et qui déçoit.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

J’ai écrit au Père Noel. J’ai commandé des jouets sur catalogue. Il livre sa hotte mais ses cadeaux sont des ersatz, des copies, des trucs en mouse. Ce n’est pas ce que j’ai demandé ! Ce ne n’est pas ce que j’attendais ! 

Je ne dis pas que Konstantinos Mitroglou soit un avant-centre pour maison de retraite. Je dis qu’il n’est pas Olivier Giroud, ni Nikola Kalinić, ces deux noms qui revenaient régulièrement durant l’été pour épauler Valère Germain.

L’OM a fait revenir Steve Mandanda, bonne pioche ; Valère Germain, bravo !; Rami, pourquoi pas ; Aymen Abdennour, c’est pas mal. Mais convenons que ces footballeurs ne sont pas du premier choix, ni même du second marché. Abdenour a disputé 14 matches l’an passé avec Valence où il n’était pas titulaire.

Que l’OM rechigne à mettre 25 ou 30 millions sur la table pour enrôler Moussa Dembélé (l’autre Dembélé, celui du Celtic Glasgow) est une surprise. Comme si les caisses étaient vides après l’arrivée de Dimitri Payet qui rétrospectivement ne me parait pas non plus le choix le plus judicieux du recrutement de Marseille. Le rapport qualité-prix me parait excessif comme on dit sur Tripadvisor quand on n’est pas content de son hôtel.

Ce mercato a aussi révélé la friture qui existe sur la ligne quand Rudi Garcia et Andoni Zubizarreta travaillent ensemble. Le couple entraineur/directeur sportif est par essence en conflit. L’un voulant toujours plus. L’autre faisant avec les moyens du bord.

Les moyens justement, ils sont moyens. C’est tout le problème de l’OM. Un recrutement mi-figue, mi raisin. A voir comme un verre à moitié plein ou à moitié vide. « N’oublions pas d’où on vient…  », me disait un supporter de l’OM qui voulait positiver malgré tout. Si les fans sont contents, c’est le principal…  


Pascal 

 

P���p�2%

À lire aussi