Quand Ancelotti fait les yeux doux au PSG...

p_praud
Yahoo Foot

Carlo Ancelotti a-t-il envie de retrouver le Paris Saint-Germain ? L’entretien tout miel qu’il a accordé au Figaro donne l’impression à peine voilée d’un exercice de lèche-bottes. Ou de cire-pompes si vous préférez. Fayot Ancelotti ? Décryptage. 

« Je n’ai pas eu la bonne attitude car je voulais partir et le club souhaitait que je reste encore à la tête de l’équipe. » J’ai failli renverser mon J&B glace au petit déjeuner quand j’ai découvert les paroles de Carlo Ancelotti. Oserai-je dire que le Mister m’a déçu ? 

Non pas tant parce ce qu’il a quitté le Paris Saint-Germain à la fin de la saison 2013. 

Non plus parce qu’à l’époque, il justifiait de l’incompétence des dirigeants du PSG pour rallier Madrid. Après tout, pourquoi pas ? Comment refuser la Maison blanche ? C’était de bonne guerre.

Non, c’est autre chose.

J’ai cru percevoir comme le vent du fayot le soir au-dessus des jonques. 

J’ai cru deviner comme la petite musique du courtisan composée depuis Munich et interprétée quelques heures avant de revenir à Paris. Le chant du flatteur, le refrain de l’obséquieux : Touchez ma bosse Monseigneur, elle vous portera bonheur. 

Je n’imaginais pas Ancelotti capable de ces contorsions. Mea culpa. Mea maxime culpa. La soupe est bonne sans doute. Il ne faut jamais insulter l’avenir. Que sera demain ? Hier en Espagne. Aujourd’hui en Allemagne. Demain en France ? Qui sait ? Un petit message d’amitié pour le clan du Qatar ne mange pas de pain : « On a eu des petits problèmes. C’était une période difficile et les rapports avec Nasser (Al-Khelaïfi, le président du PSG) étaient compliqués, mais le temps va régler tout ça. Aujourd’hui, nos rapports sont bons. » Ce n’est pas encore une offre de service mais Monsieur Carlo passe la pommade. Il sait y faire. Les sirènes qataries valent celles de la mythologie grecque. Elles sont irrésistibles. A ce détail près qu’elles ne tuent plus. Elles achètent, voilà tout. Et de conclure dans un élan de tendresse dont son banquier lui saura gré : « Maintenant, le PSG est un grand club. Je suis heureux de retrouver le Parc des Princes, ses supporters et des joueurs comme Thiago Silva, Rabiot, Motta, Verratti, Pastore. On avait une belle relation, ils me  manquent. Je garde aussi contact avec le président. »

Snif. C’est beau comme un contrat de trois ans à Paris. Ça va Carlo ? Vous vous ennuyez au Bayern ?  


Pascal

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages