Jeu Décisif

Si le maillot bleu tu n’enfiles pas, les pots cassés tu paieras…

Christophe Thoreau
Jeu Décisif

Eliminée d’entrée par la Suisse, l’équipe de France de Fed Cup a sans nulle doute souffert des absences volontaires de Caroline Garcia et Océane Dodin. Ces deux joueuses s’en mordront bientôt les doigts.

Afficher la photo

.

La défaite des Bleues face à la Suisse en quarts de finale de la Fed Cup a remis au goût du jour un vieux feuilleton appelé « Equipe nationale, je t’aime moi non plus ». Quand je dis « feuilleton », je suis gentil. On est plutôt dans le mauvais soap opera au doublage grotesque et scénario à grosses ficelles. Une fois l’élimination consommée, tous les regards se sont donc tournés vers les absentes, vers celles (poussées ou pas par leur entourage) qui avaient refusé la sélection : Caroline Garcia (photo - AFP) et Océane Dodin, déjà au Qatar, sur le circuit WTA. Avec elle(s), et plus particulièrement Garcia, la France l’aurait-elle emporté ? On n’en sait rien. Mais l’équipe désormais emmenée par Yannick Noah et Mary Pierce aurait eu plus d’atouts dans son jeu, c’est une évidence.

Ce n’est plus la peine de se lamenter ou de balancer des piques aux deux concernées. Il faut, à mon avis, plutôt essayer de comprendre pourquoi de jeunes joueuses refusent de défendre les couleurs de leur pays afin, disent-elles, de privilégier leur carrière individuelle. Parce que c’est là que le bât blesse. Pourquoi Garcia, impeccable en Bleu jusqu’alors, à la fois dans l’attitude et dans les performances, considère-t-elle désormais qu’une semaine en équipe de France pourrait être un frein dans sa progression ? Alors qu’elle sait combien cette épreuve l’a aidée à grandir, tout comme la proximité d’Amélie Mauresmo.

Il est vrai que les joueurs et joueuses représentant leur nation paient parfois l’addition la semaine suivante en tournoi, tant la dépense physique et surtout nerveuse est grande en Fed Cup ou en Coupe Davis. On sait aussi qu’une défaite dans un match décisif peut être un boulet qu’on traine un bout de temps. Mais le temps passé en équipe de France, le fait de jouer sous une pression plus forte que sur le circuit, sont un investissement sur le plus long terme. Avec le maillot bleu sur les épaules, les émotions sont démultipliées. Des émotions digne des derniers tours dans un tournoi du Grand Chelem, ce dont elles rêvent toutes. Et s’abstenir de côtoyer le duo Noah-Pierce -qui a priori en connait un petit bout sur la notion de victoire et le haut niveau- est une étrange idée pour qui aspire à un grand destin.

Pour Océane Dodin, cette décision est encore plus dommageable. Contrairement à Caroline Garcia qui a déjà fait ses preuves en Fed Cup, la Nordiste a encore bien des choses à apprendre et à prouver en équipe de France. Et c’est exactement le genre de joueuse/joueur sur lequel Noah aime travailler : un vrai talent à canaliser. La proximité de Pierce, dont le jeu présentait tant de similitudes avec le sien, n’aurait pas pu lui faire de mal non plus.

Si je ne suis pas choqué par un ténor qui décline parfois une sélection dans la deuxième moitié de sa carrière après avoir déjà rendu de multiples services à son équipe, je suis circonspect lorsque cette attitude émane de champions en devenir. Méconnaissance ? Egoïsme ? Erreur de jeunesse ? Peur de l’inconnu ? Entourage trop soucieux de protéger -à tort- la petite merveille ? Voilà sans doute ce qui a nourri les motivations de Garcia et Dodin. Soit. Mais il faut aussi avoir les épaules solides pour en assumer les conséquences : l’absent(e) est celui qui casse quelque chose dans la vie du groupe. Ce qui rend, de fait, un éventuel retour assez compliqué. C’est le double effet kiss cool : fallait pas partir, je peux plus revenir. Il y en a même un troisième : absolument briller sur le circuit afin de mieux justifier le refus de cette sélection. Et souvent, ça coince. Là, ça n’a pas loupé. Dodin a perdu en qualifications à Doha et le parcours de Garcia s’y annonce délicat avec un deuxième tour potentiel face à Karolina Pliskova. Tout comme d’ailleurs ses retrouvailles avec son habituelle partenaire de double, Kristina Mladenovic, formidable soldat en Suisse ce week-end…

Nous sommes désolés que ce commentaire vous ait déplu. Pouvez-vous expliquer pourquoi ci-dessous ?

Vous êtes sûr ?
Échec de l’évaluation. Réessayez.
Échec de la demande. Réessayez.
Nous ferons la promotion des commentaires constructifs et spirituels en les plaçant en haut pour que tout le monde puisse les voir !
Nous ne pouvons pas charger les commentaires pour l’instant. Réessayez.