Ca se décante… un peu

Après la défaite à Nancy et la piteuse élimination à Ajaccio en Coupe de France, le tout saupoudré de la navrante saillie de Nicollin qui a, en gros, reproché aux journalistes de dire que Montpellier était deuxième - le petit cirque habituel pour remotiver les troupes - les Héraultais étaient attendus au tournant avec la réception de Sainté à la Mosson. Comme souvent dans leur stade, les Montpelliérains se sont créés pas mal d'occasions.

Avec ce bémol : sur 7 occasions nettes, on se rend compte que Giroud est impliqué dans 6 d'entre elles. Une vraie dépendance. Maintenant, si le néo-international maintient ce niveau jusqu'au bout, aucun doute : le MHSC finira dans les deux premiers. Hier soir, c'est encore lui qui a trouvé la faille d'une jolie volée du gauche à ras-de-terre. Il fallait ça pour battre un Ruffier en feu, qui a longtemps retardé l'échéance.

Alors c'est vrai que les Verts ont eu quelques occasions en fin de match et notamment cette tête de Zouma à 2 centimètres du poteau. Mais globalement, Saint-Etienne confirme sa tendance de la saison : beaucoup de points gagnés contre les équipes plus faibles, très peu face aux grosses cylindrées. Comme lors du derby perdu face à Lyon, les hommes de Galtier n'ont pas pris assez de risques. Je note aussi à l'issue de ce match que Montpellier reprend la tête du championnat et met la pression sur Paris.

Derrière, Lille l'a facilement emporté à Evian face à des Hauts-Savoyards qui n'ont pas existé. Les Nordistes ont retrouvé une certaine solidité avec notamment un De Melo qui s'avère précieux en point d'appui et un Payet qui a l'air enfin décidé à jouer au football. Et puis bon, tant qu'Eden Hazard sortira des prestations de ce niveau, le LOSC n'aura pas beaucoup de souci à se faire…

Sochaux ne descendra pas

Encore derrière, la seule équipe a avoir suivi le rythme est Lyon. Mais qu'est-ce que les hommes de Garde ont souffert ! Le score est flatteur et un nul n'aurait pas été immérité pour des Sochaliens transfigurés depuis le changement d'entraîneur. Martin et Boudebouz ont retrouvé leur niveau comme par magie, et Maïga a lui aussi décidé de rejouer au foot. Honnêtement, je ne vois pas Sochaux descendre.

Sur l'ouverture du score, je me demande encore comment Richert peut rester sur sa ligne alors que Lovren vient tranquillement placer sa tête dans ses six mètres. Après, il y a ce joli but de Gomis mais il a fallu à la fois de la réussite (frappe de Martin sur la barre) et un grand Lloris - sa sortie sur Butin est tout de même litigieuse - pour préserver la victoire lyonnaise. La troisième consécutive pour des Rhodaniens qui peuvent à nouveau croire à la 3e place.

Voilà pour les trois gagnants de la soirée. Passons maintenant aux perdants, au premier rang desquels on retrouve encore une fois le Stade Rennais, qui vient de faire 1/9 sur les trois derniers matchs. Les Bretons s'étaient pourtant imposés tranquillou au Hénaut mercredi. Mais un match ne fait pas l'autre et malgré une certaine mainmise sur le jeu, cette fois Rennes s'est incliné sur un péno de Danic.

Pas rassurant avant le Bayern

Une sanction justifiée, même si monsieur Buquet aurait aussi pu en siffler un pour une faute sur Féret, percuté en l'air alors qu'il tentait un ciseau. A part ça, pas grand chose à signaler. Fred Antonetti voulait savoir si son équipe avait du caractère. Il a sa réponse… Je serais lui, vu l'écart qui sépare désormais son équipe du podium, je miserai tout sur la Coupe de France.

Et puis si on attendait un match ce week-end, c'était bien celui de l'OM à Nice. Premier constat : les Olympiens ont endigué leur série de défaites en retrouvant une ancienne vertu : le réalisme. Andre Ayew a en effet ouvert le score à 10 contre 11, sur le seul tir cadré marseillais de la rencontre. Mais comme souvent ces derniers temps, Marseille a souffert de deux maux : la malchance, avec cette blessure de Diawara, et la fébrilité, à l'image d'un Kaboré un peu trop agressif.

Le carton rouge direct brandi par monsieur Ennjimi est peut-être un peu sévère et va coûter plus cher au Burkinabé en commission, mais les deux fautes méritaient chacune un jaune. Donc l'exclusion est parfaitement justifiée. Les Marseillais ont tenu les trois points entre leurs mains pendant 20 minutes, jusqu'à ce que Fanni commette l'irréparable dans la surface. Une sanction qui pendait au nez des Phocéens après les nombreux tirages de maillots sur Civelli.

Le même Civelli qui avait déjà obligé Mandanda à un arrêt d'extraterrestre sur une tête à bout portant. Au final, les Marseillais peuvent se dire qu'un nul vaut mieux qu'une défaite Mais les places européennes s'éloignent encore et la qualité de jeu n'était guère plus convaincante que dernièrement. Pas franchement rassurant avant de jouer le Bayern mercredi...

Pierrot

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles