Poupimali

La fusion du Biarritz Olympique avec l’Aviron Bayonnais, on nous raconte bien n’importe quoi.

Afflelou et Blanco, crédit photo GAIZKA IROZ : AFPLa fusion du BO avec l'Aviron est plus proche de la légende urbaine, du Yéti fusionnant avec Hulk que de la réalité. Certains en fantasment alors que tout le monde sait que cela n'arrivera jamais.
Cependant, Alain Afflelou et Serge Blanco ont réussi l'exploit de remettre au goût du jour le sujet. Le président de Bayonne, interviewé par le journal l'Équipe, a affirmé une entente cordiale entre les deux clubs basques qui auraient des intérêts financiers dans cette histoire. Il se trouve même que Blanco « aurait suggéré » ladite fusion. « Serge est d’accord. De mon côté, c’est un oui franc. On a convenu de se revoir prochainement à ce sujet. »

Pour la petite histoire, cette idée de fusion de clubs français n'émerge pas sans raison.
Depuis longtemps, il en est question. Le président de la fédération française P. Camou en parlait déjà en 2010 : il s'agirait pour le Top14 de s'inspirer des provinces irlandaises. Explication. Un joueur irlandais est lié au club dans lequel il est licencié. Comme en France. Cependant, les meilleurs sont ensuite sélectionnés dans une des quatre provinces irlandaises (Munster, Leinster, Ulster et Connacht) afin de participer à la Celtic League et aux coupes d’Europe.
En France, le nombre de licenciés étant de 450.000 pratiquants. En Irlande, environ 100 000. Forcément, la qualité du championnat est différente de ce fait (même si en ration licenciés/population, les amateurs de trèfles et de bière brune, nous fiche une sacré raclée). Actuellement les orientation du Top 14 tendent plus vers l'élargissement que vers la réduction (même si les questions financières commencent à devenir problématiques pour de nombreux clubs). Il serait donc paradoxal d'autoriser une fusion de club sporadique en fonction des compétitions et Paul Goze confirme ce point : « L’hypothèse d’une fusion juste pour la Coupe d’Europe est peut être intellectuellement alléchante. Mais matériellement, c’est infaisable. » (Sud Ouest)

Pourquoi cette absurde lubie n'arrivera-t-elle jamais ?
- parce que celui qui est déjà allé à Jean Dauger et Aguilera, sait que jamais l'irréductible public de l'un n'ira chez l'autre. À moins de construire un troisième stade à Anglet, équidistant entre les deux stades (soit dans les 5 km qui séparent les deux clubs). Et encore...
- parce que si on fusionne ces deux clubs, autant fusionner le Stade Français et le Racing. Surtout si la raison européenne en est la principale. Rappelons que ni l'aviron ni le BO ne sont qualifiés ni en position d'être qualifié pour la prochaine H cup. Comme c'est aussi le cas du Racing et du Stade Français, autant aller jusqu'au bout pour défendre les couleurs tricolores au niveau européen.
- parce qu'il est juste sportivement impossible de mélanger deux clubs dans une compétition et de les séparer pour le championnat (et encore moins des clubs à forte identité comme les basques). Il y aurait donc un effectif d'environ 80 joueurs et 4 entraineurs. Cela ressemblerait fort à une pratique déloyale vis à vis des autres clubs français. Ou alors soudainement le RCT et le Stade Toulousain vont y trouver un intérêt pour éliminer la suprématie clermontoise.

Quoi qu'il en soit, la fusion n'est pas pour demain, ni après-demain.
Et le vrai match à suspens des clubs basques restera le derby. Le prochain est programmé pour le 02 mars.

N'oubliez pas que ce week-end, les matchs ne jouent pas samedi mais ce soir avec :
19h00 Perpignan / Clermont sur Canal+
19h00 Agen / Montpellier (Rugby+)
19h00 Paris / Grenoble (Rugby+)
19h00 Bordeaux / Racing Métro (Rugby+)
19h00 Toulon / Mont-de-Marsan (Rugby+)
et pour finir à 21h00 Toulouse / Biarritz sur Canal+

A propos de Poupimali

Poupimali est une blogueuse fière de son terroir, passionnée de rugby et de ses valeurs. Consultante en stratégie de communication sur les réseaux sociaux le reste du temps, elle rédige ici son blog spécialisé rugby d'actualités et d'analyses, satirique et féminin. Il est fortement conseillé de la lire parfois avec second degré (voire troisième).

Les photos de Poupimali