10 boulettes de gardiens inoubliables en Ligue 1

Topito Sport

Être gardien de but est un sacerdoce presque aussi ingrat que la fidélité dans le couple. On a beau être irréprochable, il suffit d’une seule petite faute pour que tout le monde en fasse des caisses. Et aussi accessoirement, un top.


1- Danijel Subašic face aux Girondins saison 2016/2017
La saison passée, l’AS Monaco marchait certes sur l’eau, mais ça n’empêchait pas son gardien de se prendre de temps à autre les pieds dans le tapis. Comme par exemple ce 11 mars 2017, lorsque sur une chandelle en retrait de Jemerson, Danijel Subašic décide de sortir de sa surface pour dégager le ballon en tribunes. Sauf que le temps que l’ordre arrive du cerveau jusqu’à sa jambe droite, Diego Rolan est déjà sur le coup et lui chipe la balle pour filer au but. Une jolie boulette qui restera sans conséquence puisque l’ASM remportera la rencontre 2-1.


2- Stéphane Ruffier face au PSG saison 2014/2015
Habitués à ce faire rosser par les Parisiens depuis plusieurs saisons maintenant, les Stéphanois n’ont pas toujours démérité, mais il s’en est toujours fallu d’un détail, voire de plusieurs, pour que ces rencontres se terminent en défaites. Ce fut notamment le cas le 31 août 2014, lorsque 3 jours après avoir qualifié les Verts pour l’Europa Ligue grâce à deux arrêts lors de la séance de penaltys, Stéphane Ruffier se troua magistralement à la 24ème minute, en laissant filer sous sa semelle, la passe en retrait de Jérémy Clément. Le portier du Forez repartira ce soir là avec les valises bien pleines (5-0) et un soupçon de culpabilité.


3- Alphonse Areola face à Lille saison 2016/2017
Le problème lorsqu’on joue dans une équipe de techniciens, c’est qu’on peut vite oublier qu’on n’en est pas un. Un problème qu’a rencontré à plusieurs reprises le gardien parisien la saison dernière, notamment lors de la 24è journée de Ligue 1 et la réception du LOSC, avec une tentative manquée de dribble sur un attaquant adverse venu au pressing. Après un contrôle trop long, Alphone Areola crut pourtant s’être tiré d’affaire grâce à un premier crochet sur Eric Bauthéac, mais s’était sans compter ses longs pinceaux qui bugguèrent au moment de dégager. Le PSG se sauvera ce soir là grâce à un but hors-jeu de Lucas inscrit à la 92ème. Score final : 2-1.


4- Steve Mandanda face à Valenciennes saison 2012/2013
Il paraît que les gardiens ont tous leur petit secret pour que le ballon colle au maximum à leurs gants. Une riche idée sauf au moment de relancer proprement à la main. Une mésaventure qu’a connue le Capitaine marseillais en septembre 2012, lors de la 7è journée en déplacement à Valenciennes, avec une cagade à l'origine du 3ème but des nordistes pour une victoire finale 4-1. La première défaite de l’OM depuis le début de la saison… qui en connaîtra d'autres.


5- Apoula Edel face à Monaco saison 2009/2010
Que les supporters parisiens qui se plaignent de la faiblesse toute relative des Sirigu, Trapp et Areola, se souviennent qu’il n’y a pas si longtemps, leur club évoluait avec le maître étalon de la boulette : l’Arménien (et Camerounais) Apoula Edel ! Aussi à l’aise avec les pieds (relance ratée dans les pieds du Lyonnais Gomis), qu’avec les mains, le gardien du PSG a merdé avec les deux ce soir de championnat face à l’AS Monaco. Sur un centre anodin venu de la gauche, Edel se baisse pour se saisir du ballon, qui lui glisse des mains avant de rebondir sur son pied et finir sa course dans les buts. Superbe !


6- Cédric Carrasso face au PSG saison 2015 /2016
La solidarité entre gardien existe vraiment. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil aux performances des deux portiers de la rencontre entre le PSG et les Girondins comptant pour la 5ème journée du Championnat. Honneur à Cédric Carrasso visiblement embarrassé par sa forte poitrine qui va relâcher le ballon pour la reprise instantanée d’Edinson Cavani. Heureusement pour le gardien bordelais, sa prestation sera éclipsée par celle encore plus remarquable de son collègue du soir, l’Allemand Kevin Trapp.


7- Kevin Trapp face à Bordeaux saison 2015/2016
On prend les mêmes joueurs et on recommence, sauf que cette fois, c’est dans les cages parisiennes que ça se passe. Quelques minutes après la boulette de Carrasso, Kevin Trapp se troue sur corner et s’improvise volleyeur avec une manchette qui termine en but gag dans ses propres filets. Une vilaine faute de main, suivie à la 79ème par une bug cérébral qui va l’empêcher de dégager rapidement sous le pression de Wahbi Khazri, dit « le Cavani Breton » selon Sabri Lamouchi, son nouvel entraîneur à Rennes. Ndr : voir la vidéo précédente.


8- Yoan Cardinale face à Schalke 04 Ligue Europe 2016/2017
Dans la vie, il y a les footballeurs qui collectionnent les trophées, ceux qui préfèrent les contrats juteux, et puis il y a Yoan Cardinale qui lui, a un faible pour les boulettes. Et on ne parle pas de sa tendance à l’embonpoint, mais bien à ses fréquentes erreurs en Championnat et en Coupe d’Europe. On se souvient de sa cagade face à la Lazio, ou sa sortie yolo face à Naples cette saison, mais c’est bien sa faute de mains face à Schalke 04 la saison dernière, qui tient la corde. Un but casquette sur une frappe contrée, que le gardien niçois a tout le temps de se saisir, avant de se rater et d’offrir l’ouverture du score à l’attaquant adverse. Score finale Schalke 2 – Yoan Cardinale 0.


9- Ali Ahamada face à Rennes saison 2013 2014
Pour illustrer l’expression « passer au travers », il faudrait idéalement montrer la prestation du gardien toulousain lors de la 11ème journée du Championnat 2013/2014. Ali Ahamada va s’incliner à 5 reprises, sur 3 sorties aériennes totalement aux fraises (dont une prise de balle en dehors de la surface svp) et une mésentente avec son défenseur central sur une passe en retrait.


10- Steve Mandanda face à l’OL saison 2017/2018
C’est fou comme parfois le hasard fait mal les choses. Il suffit d’une interview fleuve le jour même dans le quotidien l’Équipe, pour que quelques heures plus tard, le ciel (et les critiques) tombe sur la tête du portier marseillais. Une erreur de main qui va permettre aux Lyonnais de réaliser un hold-up avec une victoire 2-0 en étant bousculés tout au long de la rencontre. La seule consolation pour les supporters de l’OM serait que cette victoire lyonnais conforte le club dans l’idée que tout fonctionne parfaitement, et en oublie les lacunes collectives affichées depuis plusieurs rencontres. Des problèmes qui pourraient bien profiter à Marseille lors de la seconde moitié du Championnat pour doubler les Lyonnais au classement.

Source : l'Equipe

À lire aussi