10 exploits français en Coupe d’Europe (et qui c’est les meilleurs ?...)

Topito Sport

Après le coup de tonnerre provoqué par les hommes d'Unay Emery au parc des Princes et la déroute catalane déjouant tous les pronostics, on est en droit de se demander si on a affaire là au plus bel exploit d'un club français en Coupe d'Europe. On aurait pu bien sûr attendre l'issue du match retour pour se poser cette question, mais comme ce n'est pas la rigueur qui nous étouffe, on va lancer les débats avec 3 petites semaines d'avance.


1. As Monaco - Real Madrid (2004)
Difficile aujourd'hui de choisir LE match référence d'une équipe française, on laissera donc parler notre cœur et nos souvenirs de supporter et on repensera avec émotion à ce match rattrapé par les bretelles : un match aller perdu 4-2, l'ouverture de la marque en toute tranquilité de la bande de Zidane, Raul, Ronaldo et compagnie, et la rage de Giuly, la tête de Morientes (prêté par le Real) et le premier coup de maître de coach Deschamps. Merci les gars, c'était magnifique.
2. Paris SG - FC Barcelone (2017)
4-0 On ne sait pas de quoi demain sera fait ni si le Barça saura renverser cette situation délicate. Mais quoi qu'il arrive, on aura vécu une campagne historique. Et un match extraordinaire avec des Parisiens enragés, pressant sans arrêt, Kimpembe appelé la veille qui repousse Messi comme un malpropre, Di Maria qui semble jouer à FIFA 17 (gâchette gauche, hop, frappe enroulée…) et Rabiot qui va directement se servir dans les pieds adverses, “tiens, je te prends le ballon, je vois que t'en fais rien”…
3. Paris SG - Real Madrid (1993) Un scénario de film, 3-1 à l'aller de ce quart de finale, 3-0 puis 3-1 au retour grâce à un but in extremis de Zamorano qui, croit-on, a eu raison des espoirs parisiens. Nous voila parti pour une prolongation dont on se serait bien passé. Mais l'Histoire ne retiendra que cette tête décroisée de Kombouaré au bout de la nuit après un temps additionnel interminable (et pas le but divin de Ginola, ce qui est dommage).

4. Girondins de Bordeaux - Milan AC (1996)
On parle d'une période où le football français pèse (un peu) en Europe. Mais se faire le grand Milan reste un petit miracle, surtout quand on en a pris deux à San Siro. Les Dessailly, Maldini, Baggio et Weah débarquent au Parc Lescure un peu en sandale et repartent avec 3 buts dans le sac, Tholot, Dugarry deux fois font s'effondrer le géant lombard et l'Italie commence à se dire “tiens, il est pas mal ce petit Zidane…”
5. Olympique de Marseille - Milan AC (1991)
L'Histoire retient forcément la victoire en finale de 1993 contre ce même Milan, mais la meilleure équipe de l'OM, c'est celle qui devait échouer en finale de cette Coupe des Clubs Champions. Un premier exploit en arrachant le nul à l'aller, le retour autorise tous les rêves. Mais rien ne laissait présager cette issue : un but fantastique de Waddle sur une remise brillante de Papin, une panne d'électricité à la fin, les Rossoneri qui refuse de reprendre le match, victoire sur tapis vert (et malgré tout sur le terrain) de l'OM.
6. AS Saint Etienne - Dinamo Kiev (1976)
Le mec que vous allez voir galoper joyeusement vers le but stéphanois avant de se faire calmer bien comme il faut par Lopez, c'est le ballon d'or en titre, Oleg Blokhine. Et malgré un match aller perdu en Ukraine par 2 buts à 0, les Verts vont revenir au courage, avec une défense de mort de faim de Janvion, un coup franc téléguidé de Larqué et une reprise de Rocheteau qui rappelle le but de Trezeguet en 2000, une frappe sans contrôle sous la barre qui fait chavirer de bonheur tout un pays. Les Verts viennent de rentrer dans l'éternité, ou pas loin.
7. Olympique de Marseille - Milan AC (1993)
L'exploit est certes de remporter ce match, d'avoir tenu, d'avoir saisi sa chance et d'avoir résisté, mais l'exploit est aussi d'arracher enfin un titre après les désillusions passées, la finale de 91, la main de Vata en 1990 et le poids de l'Histoire du foot français qui te raconte des échecs flamboyants en finale et jamais de victoire. Ce jour de 1993, le foot français est mort, vive le foot français.
8. FC Barcelone - FC Metz (1984)
Plus les années passent, plus cet épisode des campagnes européennes françaises nous paraît improbable. Battu 4-2 à Metz, les Lorrains se préparaient sûrement à dire adieu à cette campagne de Coupe des Coupes. Et après le premier but catalan, On craint surtout d'en prendre une belle là-bas. Une mi-temps plus tard, on ne sait pas trop ce qui s'est passé, mais Luc Sonor et Jules Bocande lèvent les bras, ils viennent d'en coller 4 au Barça de Schuster sur leur pelouse. Ah ouais…
9. RC Lens - Lazio de Rome (1977) Comme souvent dans ces histoires, nos petits français sont menés 2-0 à l'issue du match aller, il faut donc renverser la vapeur au retour. C'est ce que firent les Sang et Or, grâce à un doublé de Didier Six qui offre une prolongation aux nordistes. Ce qui est moins classique, c'est d'en coller encore 4 derrière, infligeant aux Romains un score de tennis. Il paraît qu'on pleure une deuxième fois quand on quitte le nord. Là, on comprend.

10. O. Lyon - Real Madrid (2010) Lyon avait pris la bonne habitude, les années passées, de taper le Real en Poules. Mais à chaque fois, on leur opposait le même argument, “c'est un Real en rodage”, “c'est le genre d'équipe programmée pour briller en février”… ça tombe bien, le huitième a lieu en février. Un but de Makoun à l'aller, une égalisation de Pjanic à Bernabeu, cette fois-ci, rien à redire, c'est du beau boulot.

Et vous, vous la situez où cette victoire parisienne ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages