10 sportifs qui ont dérapé sur les réseaux sociaux, les bad buzz de compétition

Topito Sport

Antoine Griezmann qui se fait troller pour son déguisement en Harlem Globetrotter, n’est pas le premier des sportifs à se griller sur les réseaux sociaux. D’autres champions ont avant lui, commis quelques grosses boulettes.


1- La tweet de la triple sauteuse grecque Paraskevi Papachristou
En 2012, la Championne d’Europe espoir de triple saut s’apprête à participer aux JO de Londres, mais c'est sans compter une pointe d’humour sur Twitter qui va lui coûter cher. La Grèce est alors touchée par une épidémie du virus du Nil occidental qui va faire plusieurs victimes. Sans réfléchir, l'athlète grecque tweete qu’« avec autant d’Africains en Grèce, au moins les moustiques du Nil occidental mangeront de la nourriture locale». Une boutade qui lui coûtera sa participation aux Jeux-Olympiques qu'elle retrouvera finalement 4 ans plus tard, se classant 8ème du concours de triple saut.


2- Le post Facebook des nageurs australiens Nick d'Arcy et Kenrick Monk
A seulement 2 mois des JO de Londres, les deux nageurs alors en stage d’entraînement en Californie, s’illustrèrent en publiant sur leur page Facebook, une photo d’eux brandissant des armes à feu… ou comment se tirer gentiment une balle dans le pied. Une initiative d’autant plus douteuse que les deux armes présentes sur le cliché ressemblaient étrangement à celles utilisées lors des massacres de Virginia Tech (32 morts, 17 blessés en avril 2007), et de Port Arthur, en Australie (35 morts, 37 blessés en avril 1996). Simple coïncidence ou hommage morbide, personne ne le saura jamais, à part les deux concernés, qui se sortiront indemnes de cette bévue, avec de simples excuses publiques.


3- Le snap de Lewis Hamilton sur sa Harley
Quelques jours avant le GP d’Australie 2016, le pilote britannique s’est offert une petite virée en Nouvelle-Zélande au guidon de sa Harley-Davidson, et a eu la bonne idée de se filmer en conduisant sur l’autoroute. Un délire de quéqué qui aurait pu ne jamais s’ébruiter si la vidéo ne s’était pas retrouvée sur le Snapchat du quadruple Champion du Monde de F1.


4- L’Insta qui fit fureur de Kingsley Coman
On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. Une réalité d’autant plus cruelle lorsque vous êtes un footballeur connu, et que vous êtes plutôt actif sur les réseaux sociaux. Kingsley Coman l’a appris à ses dépends en 2016, lorsqu’il partagea sur son compte Instagram une photo d’un uniforme nazi sous titré : « Vends survet du Bayern saison 1940 ». Manque de bol, le joueur publia sa connerie la veille de l’anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau.


5- Le tweet désabusé du tennisman Donald Young avant Roland Garros
En battant Andy Murray à Indian Wells en 2011 et en remportant le tournoi de Tallahassee, l’Américain Donald Young pensait bien avoir décroché sa wild card pour participer au tournoi de Roland Garros, en accédant aux 100 premiers joueurs mondiaux. Sauf que son nouveau classement va tarder à être homologué, l’obligeant à disputer un dernier tournoi en Floride pour décrocher son sésame, où il échoua en finale face au 176ème joueur mondial, Tim Smyczek. Une injustice qu’il se fit un plaisir de dénoncer sur Twitter, en insultant copieusement la Fédération Américaine de tennis… avant évidemment de s’excuser et de fermer son compte Twitter.


6- Le clip sur Youtube du triple sauteur Teddy Tamgho
Quelques mois après avoir établi le nouveau record du monde de triple saut en salle, Teddy Tangho agresse violemment une jeune athlète au CREPS de Boulouris. Un épisode qui lui vaudra une suspension de 12 mois dont 6 avec sursis, la résiliation de son partenariat avec Asics et une amende de 5000 euros lors de son procès au Tribunal de Police. Une sortie de route qui sera suivie par un clip de rap qui fera le buzz sur Youtube, dans lequel l'intéressé tentera en vain de minimiser les faits.


7- Le tweet homophobe de la Championne Australienne de natation Stéphanie Rice
Ou comment perdre un de ses principaux sponsors à cause d’un seul tweet. Visiblement, très emballée par la victoire de l’Australie sur l’Afrique du sud en rugby, la Championne Olympique 400 et 200 mètres 4 nages, s'était lâchée sur son compte Twitter avec un « Suck on that Faggot » en guise de cri de joie. Une exclamation qu’elle aurait du avant, tourner plusieurs fois dans sa bouche et qui lui coûtera son partenariat avec la marque Jaguar, et une conférence de presse larmoyante où elle dût présenter ses excuses.


8- Le retweet malheureux du catcheur Hulk Hogan
L’ancêtre de Brice de Nice était visiblement plus à l’aise sur les rings que sur les réseaux sociaux. Habitué à retweeter tous les messages où il était mentionné, un petit malin en a profité pour glisser un message plein d’affection en souvenir de ses démêlés acrobatiques avec la fille du catcheur prénommée Brooke.


9- Le tweet enfumé du basketeur Kevin Durant
Il n’y a visiblement pas que les footballeurs de Ligue 1 qui sont accros à la Chicha. Kevin Durant qui évoluait alors avec les Thunders d’Oklahoma City, a partagé sur son compte twitter un selfie en train de tirer sur un narguilé, quelques heures seulement après une défaite de son équipe face aux Nuggets. Il expliquera plus tard s’être fait hacker son compte, mais évidemment, personne ne se laissa enfumer.


10- Le tweet raciste de la patineuse et triple médaillée olympique russe Irina Rodnina
La patineuse artistique, triple championne olympique (1972, 76 et 80), a depuis sa retraite embrassé une carrière politique auprès du parti de Vladimir Poutine. C’est elle d’ailleurs qui eut l’immense honneur d’allumer la flamme lors de la cérémonie d’ouverture des JO d’hiver de Sotchi en 2014 (ceux où 22 athlètes russes furent sanctionnés pour dopage). Un bien bel hommage à l’esprit olympique surtout quand on se souvient du montage qu’Irina Rodnina avait retweeté quelques mois plus tôt, qui montrait Obama et sa femme s'extasier devant une banane. Interpellée par certains de ses followers sur la nature raciste de cette image, l’ancienne athlète leur rétorqua que dans le liberté d’expression, il y avait le mot liberté.

Évidemment, Serge Aurier reste de loin la référence ultime du bad buzz sur les réseaux sociaux, mais on a essayé d’épargner au maximum les footeux qui sont dans le domaine du bad buzz, clairement hors catégorie.

Source : Bleacherreport

À lire aussi