Top 10 des futures stars recalées par des clubs français, quand la Ligue 1 a du nez

Topito Sport

Dans le foot comme dans la vie sentimentale, il arrive de passer bêtement à côté de superbes affaires… et de ne s’en rendre compte que beaucoup trop tard (Vanessa de 6ème B si tu nous lis). Voici 10 cadors du ballon rond qui se sont un jour faits recaler par un club de Ligue 1.


1. Javier Pastore à l’AS Saint-Étienne
En novembre 2006, le futur crack (bruit d’un muscle qui se froisse) de l’infirmerie parisienne fait un essai de 2 semaines du côté du Forez. L’Argentin n’a alors que 17 ans et le physique qui va avec, en gros le même qu’aujourd’hui en moins blessé. Malheureusement pour lui et pour les supporters stéphanois, les Omar Da Fonseca et autre Laurent Roussey passent totalement à côté du potentiel du joueur. Il faudra attendre 5 ans pour voir le Pastorisme faire enfin ses premiers fidèles en France.


2. Roberto Firmino à l’OM en 2009
Cette année là (le rock’n’roll venait d’ouvrir ses ailes), le public ne le connaissait pas… encore. Firmino n’a que 18 ans lorsqu’il débarque sur la Canebiere en provenance de son club de Figueirense, pour environ 15 jours d’essais. Mais Eric Geretz et ses sbires laissent filer le gamin qui a l’époque fait encore ses gammes en D2 brésilienne. Ce sera finalement le club d’Hoffenheim qui repérera le premier son potentiel, lui offrant un contrat de 4 saisons, qu’il honorera avant d’être transféré pour 40 millions en 2015 chez les Reds.


3. Robert Lewandowski au RC Lens puis à l’AJA
Le futur attaquant du Real Madrid (si on en croit l’intéressé) a bien failli échouer en Ligue 1 dès la saison 2007-2008 lorsque le RC Lens se penche sur son cas. Lewandowski évolue alors en D2 polonaise au Znicz Pruszkow et remonte tout doucement la pente, après avoir touché le fond à cause de blessures à répétition. Les Nordistes vont finalement lâcher l’affaire, effrayés par les 4 millions d’euros de transfert exigés. En 2009, rebelote. Cette fois, c’est l’AJ Auxerre qui s’y colle, désireux d’exploiter à fond sa filière polonaise en complétant la paire Ireneusz Jele? - Dariusz Dudka. Sauf que Jean Fernandez ne l’entend pas de la même oreille (#expressiondevieux) et émet son veto. Le joueur signera finalement à Dormund sur un coup du sort puisqu’il devait normalement s’engager avec Blackburn, mais ne put rejoindre l’Angleterre à cause de l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajokull.


4. Riyad Mahrez à l’OM
Vincent Labrune est connu pour avoir sorti un paquet de conneries, mais sa plus belle concerne sans doute le joueur algérien lorsqu’il réagit dans France Football à la rumeur de la venue du joueur (et de son compatriote Zinedine Ferhat) à l’OM«?Pensez-vous réellement que des joueurs de Leicester et de l’USM Alger peuvent aujourd’hui avoir leur place à l’OM dans le projet qui est le nôtre ?  Je ne supporte pas que l’on me prenne pour un gogo… ». Une déclaration qui aurait bien fait marrer l’intéressé.


5. Cristiano Ronaldo à l’OL
Ce qui est surtout douloureux dans cette histoire, c’est d’apprendre que le club a refusé d’accueillir Cristiano Ronaldo car il ne souhaitait pas l’échanger contre… Tony Vairelles. En 2002, le futur avant-centre de la maison d’arrêt de Metz vient de planter 5 buts en 6 rencontres européennes. Le Sporting Portugal flaire la bonne affaire et propose de recruter le joueur en échange de deux espoirs du club, dont le futur CR7. On connaît la suite.


6. … puis au PSG
Deux ans plus tard, c’est au tour du Paris-Saint-Germain de Francis Graille de recaler le Portugais lors du mercato estival de 2004. Cristiano Ronaldo évolue à l’époque à Manchester United mais tarde à confirmer les espoirs placés en lui. Son mentor Alex Ferguson qui cherche à renforcer sa défense, tente de négocier une ristourne sur le transfert de Gabriel Heinze, en proposant de prêter la future star lusitanienne. Francis Graille aussi dur en affaires que nul en football, refuse de négocier et préfère encaisser le pactole qu’il dilapidera en misant sur Daniel Ljuboja, Fabrice Pancrate et Charles-Edouard Coridon.


7. Ronaldo (le Brésilien) à l’AS Cannes
A peine intronisé entraîneur joueur de l’AS Cannes, Luis Fernandez a bien failli réaliser sans le savoir le transfert le plus retentissant de l’histoire du championnat de France. Franck Henouda futur agent de joueur le contacte un jour pour lui proposer de signer 3 joueurs du club brésilien de Sao Cristovao, dont 2 pro de 18 ans et 1 jeune espoir de 15 ans, un certain Luis Nazário de Lima alias Ronaldo. L’idée séduit immédiatement Luis Fernandez mais le transfert capote à cause du Président de l’AS Cannes qui juge le montant de l’opération trop élevé. On parlait de 350 000 francs à l’époque, soit un peu moins de 54 000€…


8. Henrikh Mkhitaryan  à l’OM
Saison 2004-2005, le joueur a tout juste 15 ans lorsqu’il réalise un essai à Marseille… qui se solde par un échec. Contre l’avis d’Albert Emon alors entraîneur de l’OM qui lui trouve un certain talent, le club décide de ne pas donner suite, le jugeant trop frêle pour s’imposer. D’autres clubs comme l’OL et le LOSC recaleront également le joueur quelques années plus tard.


9. Roberto Carlos au PSG
L’anecdote de la non venue de Roberto Carlos au PSG est signée Philippe Vandel. Dans une interview au magazine So Foot. L’ancien présentateur du Journal du Hard et aujourd’hui de Tout et son contraire sur France Info révèle qu’un jour Luis Fernandez en voyage au Brésil appelle Jean Michel Moutier, alors Directeur sportif du PSG, pour lui expliquer qu’il vient de voir jouer « un latéral gauche dingue, il tire des deux pieds, défend bien, attaque hyper bien, il a un bon dribble, sait centrer, se replace, et surtout, il met des coups francs de 30 mètres en ligne droite.?» Et l’ancien gardien de but parisien de lui répondre : «?Ce n'est pas la peine, on a déjà Patrick Colleter.?»


10. Luis Suarez à l’OM
Quand les agents d’un joueur comme Luis Suarez viennent cogner à votre porte pour vous proposer ses services pour 10 millions d’euros, vous croisez les doigts pour que votre entraîneur ne s’appelle pas Didier Deschamps. A l’été 2010, l’OM se cherche un avant-centre de talent. Luis Suarez et ses 55 buts avec l’Ajax aurait pu être le candidat idéal, sauf que le coach marseillais ne le sent pas et préfère tout miser sur Luis Fabiano… qui ne viendra jamais. A la place, l’OM claquera 33 millions pour le duo Rémy-Gignac.

Source : sofoot

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages