Dan Biggar est-il un bon coup pour Toulon ?

Dan Biggar, sous le maillot gallois, lors du dernier Tournoi des Six Nations face à l'équipe de France. (A. Mounic/L'Équipe)

Dan Biggar s'est engagé jusqu'à la fin de saison à Toulon. L'ex-ouvreur Jonathan Wisniewski explique pourquoi son recrutement peut apporter un plus au RCT, tout en mettant un bémol sur son adaptation.

Le Rugby Club Toulonnais a officialisé la signature de Dan Biggar jusqu'à la fin de saison. Actuellement blessé au genou, l'ouvreur du pays de Galles sera disponible fin novembre. Le recrutement d'un demi d'ouverture était quasi obligatoire. Depuis le début de saison, le RCT pouvait uniquement compter sur sa nouvelle recrue Ihaia West en provenance de La Rochelle, qui a enchaîné sept matches sur neuf possibles.


lire aussi

Le classement du Top 14

Le demi de mêlée Baptiste Serin a dépanné deux fois et l'autre demi de mêlée Benoît Paillaugue s'y est également collé en cours de match. Mais ces options n'ont jamais vraiment été très concluantes. Toulon était en quête d'un joueur de renom et Dan Biggar, libéré par Northampton, avait le profil recherché.

« L'arrivée d'un joueur de cette stature ne peut être que bénéfique juge l'ex-ouvreur Jonathan Wisniewski. Biggar va amener le haut niveau. » Forcément, du haut de ses 33 ans et 106 sélections avec le pays de Galles, dont il a été capitaine, difficile de trouver mieux. Ajoutez-y trois victoires dans le Tournoi (2013, 2019 et 2021) dont un Grand Chelem (2019), deux participations à la Coupe du monde (2015 et 2019), une tournée avec les Lions Britanniques (2021) et plus de six cents points inscrits, ça pose le personnage.

« À ce poste, il faut de l'expérience et de la maîtrise poursuit Wisniewski aujourd'hui consultant sur Canal Plus. Biggar en a. C'est un dix typiquement britannique avec une grosse qualité de jeu au pied, notamment face aux perches. » Wisniewski, qui a bien connu Pierre Mignoni à Lyon, estime que Biggar correspond au jeu prôné par le manager du RCT : « Mignoni aime le pragmatisme, la simplicité, que son ouvreur fasse jouer les autres. Biggar est dans cette lignée. Il respecte à la lettre le plan de jeu. Ce n'est pas l'ouvreur spectaculaire qui va traverser le terrain. Mais il joue juste, maîtrise parfaitement l'alternance et la gestion des temps forts et des temps faibles. Avec West, qui connaît très bien le Top 14, ça peut être le bon duo. Son arrivée peut permettre à Toulon de franchir un cap supplémentaire et de retrouver la phase finale. »


Un nouvel environnement

Une interrogation demeure néanmoins. Dan Biggar va-t-il rapidement s'adapter à son nouvel environnement ? Malgré sa blessure, l'ouvreur est actuellement auprès de sa sélection durant les tests de novembre. Il ne débarquera à Toulon que fin novembre. Un temps d'adaptation et d'acclimatation sera obligatoirement nécessaire. « Les Gallois qui ont réussi en Top 14 sont très peu nombreux, souligne d'ailleurs Jonathan Wisniewski. Sans oublier qu'il n'est plus tout jeune. »

Si Gareth Thomas avait fait les beaux jours du Stade Toulousain (2004 à 2007), les suivants n'ont pas eu le même succès. Si Luke Charteris (Perpignan et Racing) et Leigh Halfpenny (Toulon) ont tiré leur épingle du jeu, Dan Lydiate et Jamie Roberts n'ont pas marqué de leur empreinte leur passage au Racing. « Avec un staff d'expérience (Mignoni et Azéma) qui a déjà entraîné des joueurs comme Biggar, nul doute qu'en trouvant le bon équilibre, l'expérience et l'aura du Gallois peuvent amener un petit plus décisif au RCT. »


lire aussi

Toute l'actualité du Top 14