À Doha, les supporters prennent possession des lieux

Le problème, avec le Qatar, c'est les gouttes. Celles de sueur, d'abord, que les pics de chaleur font dégouliner des crânes luisants dès les premiers rayons de la journée. Arrivé dans la matinée de samedi à Doha, Darío, un Équatorien croisé avec un sac blindé sur le dos, souffle : "Je suis parti de Quito sous la pluie et je me retrouve sous une chaleur de barbecue ici. Je pense qu'il va me falloir quelques jours pour m'habituer, mais maintenant que je suis arrivé sans problème, l'important, c'est le match d'ouverture de demain face au Qatar." Vendredi soir, Arnov, déboulé de Birmingham avec trois potes, se fichait pas mal de la chaleur. Sa quête était tournée vers d'autres gouttes. "On a vu tout à l'heure que l'alcool ne sera finalement pas autorisé à côté des stades. C'est assez frustrant", glisse-t-il après être grimpé sur la bosse d'un dromadaire à l'entrée du Souq Waqif, le marché et lieu de la ville…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com