À Guingamp, un anniversaire gâché par l'affaire Noël Le Graët ?

Au stade de Roudourou, une photo de Noël Le Graët lors de l'épopée héroïque de l'En avant de Guingamp à l'occasion de la Coupe de France en 1973. (Bernard Le Bars/L'Équipe)

En Avant Guingamp doit célébrer le 1er avril le cinquantième anniversaire de sa première épopée en Coupe de France. Dont Noël Le Graët, alors jeune président du club, fut aussi l'acteur.

Saison 1972-1973. En Avant Guingamp, alors en DSR (Division Supérieure régionale), l'équivalent d'une Cinquième Division à l'époque, brise dans un joyeux fracas le plafond de verre qui le maintenait, jusqu'alors, dans le relatif anonymat de la chronique régionale. En Coupe de France, après avoir notamment sorti quatre équipes de D2 (Laval, Brest, Le Mans et Lorient), le club termine son valeureux parcours en huitièmes de finale, en mars 1973, éliminé par Rouen, qui évoluait aussi en D2.

C'est la première épopée sportive et populaire des Rouge et Noir, qui inspirera Jean-Jacques Annaud pour son célèbre film Coup de tête (sorti en 1979, mais en partie tourné à Auxerre), avec l'équipe imaginaire de Trincamp. Et c'est également la première saison, comme président, de Noël Le Graët, arrivé à la tête du petit club en juin 1972, à 30 ans.

lire aussi : Reportage à Guingamp, ville de Noël Le Graët : « C'est grandeur et décadence »

À la suite de cette épopée, EAG, avec son collectif de joueurs du cru et son jeune patron ambitieux, passera de la DSR à la D2, en 1977, grâce à trois montées en quatre ans. Le président « mis en retrait » de la FFF a toujours gardé une grande tendresse pour cette équipe, qui a propulsé son destin. « Il faut être clair : sans elle, je n'aurais pas été président de la Fédération », nous expliquait-il avant son ultime réélection, il y a deux ans.

Sera-t-il présent et bienvenu, au début du printemps, pour la célébration du cinquantenaire de cette épopée ? Une cérémonie, avec les joueurs de l'époque, est prévue en marge du match de Ligue 2 Guingamp-Bordeaux, le 1er avril. « Attendez de voir ce qui passe, explique Fred Le Grand, l'actuel président de l'EAG, au sujet de la situation de son prédécesseur. Mais je confirme que cette célébration est toujours d'actualité, il n'y a aucun souci. »

De son côté, Michel André, un des « héros » de l'épopée, ne voit pas pourquoi l'affaire Le Graët viendrait perturber la bonne tenue de l'événement. « Il est présumé innocent, à ce que je sache, réplique l'ex-attaquant. Il se fait peut-être attaquer au niveau national, mais je pense qu'il sera défendu au niveau local. En tout cas, j'ai toujours autant de respect pour lui. Je sais ce qu'il a fait pour nous et ce qu'on a fait ensemble, ça ne changera pas. »

lire aussi : Toute l'actualité du football