À l'Élysée, Emmanuel Macron félicite l'esport français et lui donne rendez-vous

Emmanuel Macron aux côtés de la crème de l'esport français. (L. Blevennec/Présidence de la République)

À l'occasion de la dixième édition de la Trackmania Cup, à l'Accor Arena de Bercy (ce samedi, dès 18 heures), de nombreux acteurs de l'esport français étaient invités vendredi à une réception à l'Élysée, en présence du président Emmanuel Macron. Pour un coup de communication, des félicitations et des promesses.

Tout l'esport français ou presque s'est massé dans l'une des salles de réception de l'Élysée ce vendredi après-midi. Joueurs, dirigeants, organisateurs de tournois, commentateurs... Ils étaient 200 à avoir été conviés par le président de la République pour une petite cérémonie en l'honneur de la discipline et ses champions, en présence d'Emmanuel Macron. Un événement organisé en marge de la dixième édition de la Trackmania Cup, à Bercy (ce samedi, dès 18 heures).

lire aussi

Esport - Trackmania Cup - ZeratoR : « Tu ne peux pas débarquer à Bercy comme un amateur »

« Une nouvelle ère »

L'organisateur de la compétition, Adrien « ZeratoR » Nougaret, a d'ailleurs été le premier mis en avant, suivi par Laure Valée (présentatrice, analyste et cofondatrice du média OTP), le duo Kamel « Kameto » Kebir - Amine « Prime » Mekri (cofondateurs de la Karmine Corp), Fabien « Neo » Devide (fondateur du club Vitality), Sébastien « Ceb » Debs (double champion du monde de Dota 2) et William « Glutonny » Belaïd (l'un des meilleurs joueurs du monde de Super Smash Bros Ultimate).

« Si vous êtes là, c'est parce que nous souhaitions avoir ce geste de reconnaissance : nous recevons les médaillés après les Jeux Olympiques, les grands sportifs au retour de grands rassemblements, alors nous voulions célébrer vos disciplines, vos champions, a ensuite déclaré Emmanuel Macron. Aujourd'hui commence une nouvelle ère. Pas simplement pour vous reconnaître, mais aussi vous aider à vous structurer, avancer et progresser. »

Timing et reconnaissance

Dans un contexte de campagne électorale, avant le premier tour des législatives le 12 juin prochain, le timing de cette cérémonie organisée en quelques jours seulement (les invités ont été prévenus en milieu de semaine) n'est absolument pas un hasard du calendrier. Le public jeune et friand d'esport ne cesse de croître et devient un véritable enjeu politique. Ce n'est pas la première fois qu'Emmanuel Macron lui fait des appels du pied : il avait félicité la Karmine Corp pour son triplé européen sur League of Legends le soir de la finale de la Coupe de France de football, évoqué le sujet dans deux interviews avant l'élection présidentielle et s'était affiché avec un sweat-shirt de Vitality au Touquet, la veille du premier tour.

Impossible cependant pour les acteurs de l'esport, pas dupes, d'écarter un fait bien réel : cet adoubement très officiel est aussi un symbole fort pour une discipline qui grandit dans son coin mais se heurte encore souvent aux idées reçues voire à une forme de condescendance et au manque de reconnaissance institutionnelle.

L'absence d'accompagnement des jeunes ou d'un statut de joueur pro, par exemple, se font régulièrement ressentir. Quelques minutes avant le discours d'un président satisfait de ce rendez-vous d'une petite heure, Prime, incisif, lui avait d'ailleurs lancé : « Nous avons besoin de vrais contrats, comme dans le sport. La Karmine est un club qui veut devenir une institution, aller plus haut, plus loin. »

lire aussi

Emmanuel Macron veut voir la France accueillir des événements esportifs majeurs en 2024

Il y avait donc dans l'air un parfum étrange, mêlant fierté d'obtenir cette reconnaissance et de participer à une étape potentiellement charnière du développement du milieu, et perplexité quant au timing et à la suite réelle. « Dans un premier temps, si on pouvait rapidement rendre l'esport éligible au passeport talent afin de faciliter l'obtention de visas pour les joueurs, ça serait une victoire », glissait un dirigeant de club, alors que plusieurs équipes du Championnat de France de League of Legends ont récemment peiné à faire venir certains de leurs éléments depuis l'étranger.

« Je prends aujourd'hui un engagement »

L'esport a souvent été un sujet dans les couloirs de différents ministères, qu'ils soient du numérique, des sports, de la culture ou du travail. Mais il s'est régulièrement heurté à des blocages, des tentatives inachevées ou des renvois successifs de l'un à l'autre. Vendredi, les présences de Rima Abdul Malak (ministre de la Culture) et Amélie Oudéa-Castéra (ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques) témoignaient aussi de la volonté de « passer une nouvelle étape dans la structuration de l'écosystème », selon Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron

« Il faut accompagner les jeunes de cette discipline pour faire de ce sport un sport avec plus de prévention, faire comprendre qu'on s'y prépare très sérieusement, considérer le sport-études, étudier des pistes pour des reconversions. Vous avez apporté des choses, vous avez aussi à apprendre. Je prends aujourd'hui un engagement »

« Il faut accompagner les jeunes de cette discipline pour faire de ce sport un sport avec plus de prévention, faire comprendre qu'on s'y prépare très sérieusement, considérer le sport-études, étudier des pistes pour des reconversions, poursuivait-il. Vous avez apporté des choses, vous avez aussi à apprendre. Je prends aujourd'hui un engagement ». Ils sont nombreux à l'avoir bien noté.

Des grandes compétitions en France, en 2024 ?

Comme lors de ses entretiens antérieurs à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron a évoqué ce vendredi l'accueil de compétitions esportives majeures en 2024, année olympique pour Paris et la France. Major de Counter-Strike, Mondiaux de League of Legends, The International sur Dota 2... Des rende-vous suivis partout dans le monde, par des millions de spectateurs, et qui déplacent les foules. « Nous allons accueillir des grands événements », a affirmé le président.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles