À Marseille, un Classique vécu dans l'indifférence

SO FOOT
·1 min de lecture

Dans un monde sans Covid, avec des bars et des magasins grand ouverts, des stades aux gradins ras-la-gueule et la perspective de pouvoir s'embrasser franchement en cas de but sans avoir à craindre de se refiler le dernier variant à la mode, il aurait sans doute plané sur Marseille un tout autre air que ce dimanche après-midi. Le genre d'air que ne sait produire qu'un jour de réception du Paris Saint-Germain : l'électricité, l'appréhension, la hâte d'aller donner de la voix pour ses soldats et de faire trembler les guibolles adverses, d'aller retrouver ses copains au bar pour une soirée que l'on saura bonne.

Mais à se balader dans les rues aux échoppes éventrées de la cité Phocéenne, c'était presque à se demander s'il y avait un match le soir. La semaine avait pourtant été agitée : depuis samedi entre les événements à la Commanderie qui ont valu un tour au bagne à huit supporters marseillais, le départ surprise de André…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com