À en perdre le Niort

Lanterne rouge de Ligue 2, Niort semble être condamné à la relégation en National. Mais le pire n'est pas là : en interne, la situation est tendue depuis plusieurs semaines, certains joueurs et des éducateurs étant en désaccord total avec une direction qui remet volontiers la faute sur le manque de soutien des collectivités locales.

À moins d’un mois du terme de la saison de Ligue 2, Nîmes, Laval et Dijon se battent à couteaux tirés avec Annecy et Valenciennes pour conserver leur place dans l’antichambre de l’élite du foot français. Derrière ce peloton, Niort, 27 points seulement dans sa besace, semble définitivement décroché et pourrait bien avoir abdiqué pour de bon avec dix points de retard sur la seizième place à cinq journées du terme de la saison. Mais malheureusement pour les Chamois, qui finiront tout de même la saison avec un record de longévité en poche, la situation n’est pas uniquement chaotique sur le terrain, puisque les soucis internes ne cessent de s’accumuler depuis de nombreux mois, et notamment depuis la reprise du club par la fratrie Hanouna. Le plus âgé des deux frères, Mikaël (55 ans), passionné de football, occupait un temps la fonction d’agent de joueurs en même temps que celle de concessionnaire automobile. Eytan (50 ans) était lui avocat d’affaires et ne partage pas le même intérêt pour le ballon. Si tout semble opposer les deux hommes, ils se rejoignent pourtant à Niort lorsque le premier arrive en toute discrétion en 2017 au poste de directeur sportif et que le deuxième devient un associé de Karim Fradin, alors président, en 2019. Un an plus tard, les deux frangins deviennent actionnaires majoritaires du club.

Les dirigeants contre le reste du monde

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pour mettre fin à un conflit qui dure entre les deux frères – ils ne se parlaient plus depuis presque dix ans -, Eytan permet à Mikaël de réaliser son rêve en l’aidant à obtenir et gérer un club de foot. Il nomme cependant Guy Cotret à la présidence et recherche quelqu’un pour assumer la partie administrative afin que Mikaël se concentre sur l’aspect sportif. Mais le fiasco Mediapro et le Covid passent par là, et personne n’est trouvé pour l’administratif. Avec le départ de Cotret à peine trois mois après sa nomination, Eytan finit par enfiler le costume de président, tandis que Mikaël est promu au poste de directeur général. Celui-ci semble être finalement le seul maître à bord, puisqu’Eytan « n’est venu à Niort que cinq fois grand maximum » selon un journaliste local qui couvre l’actualité des Chamois depuis une dizaine d’années.…

Lire la suite sur SOFOOT.com

Propos de QB, MH, OB recueillis par AL et ceux de SV par MLM.

François Jacob : « Me mettre la FFF à dos ? Rien à foutre »

Naples : 33 ans, l’âge de l’irruption

Où partir en vacances quand on a 15 jours de suspension ?

Les tribunes lyonnaises sont-elles racistes ?

Fluminense, l’autre sens de la fête

Plus de contenus provenant de