À Portimão, Quartararo veut s'amuser avant de penser au championnat

Léna Buffa
·3 min de lecture

À l'heure d'aborder un dernier Grand Prix qui a tout d'un challenge pour cette saison 2020, sur une piste inédite au calendrier, entend ne pas perdre de vue l'essentiel pour lui : préparer l'avenir. Pas question de se laisser déconcentrer par des chronos qui pourraient se révéler surprenants au premier abord, ou par une position au championnat qui s'est fortement dégradée, le Français étant passé de deuxième à cinquième le week-end dernier et se trouvant à présent au beau milieu d'une lutte qui peut le voir finir sur le podium du championnat comme au bas du top 10.

"C'est une piste différente, mais au final il s’agit juste de s'y habituer", souligne le Niçois, l'un des rares à ne pas avoir participé aux essais de découverte le mois dernier, mais aussi l'un des seuls à avoir déjà couru à Portimão par le passé. Quartararo est conscient qu'Aprilia bénéficiera d'un léger avantage à l'heure d'entamer les essais (rallongés de 50 minutes vendredi) puisqu'Aleix Espargaró a pu y piloter sa RS-GP en octobre grâce aux concessions, mais de son point de vue les temps de cette première journée ne seront qu'un point de départ.

"Je pense que le plus important est de ne pas regarder les chronos et de faire juste du mieux possible. C'est très important d'aborder ce Grand Prix de cette façon, et ça fait partie de la façon dont je veux travailler l'année prochaine. Juste être calme et apprécier le week-end", explique le pilote Petronas, désireux de retrouver sa sérénité mais aussi le plaisir du pilotage après de dernières semaines mouvementées.

Lire aussi :

Fabio Quartararo reconnaît que Joan Mir méritait plus le titre

L'objectif de ce Grand Prix ? "Avant toute chose, s'amuser. C'est le principal objectif", annonce-t-il. "Ensuite, travailler sur moi-même pour ce Grand Prix. Troisièmement, essayer de voir où l'on peut améliorer la moto parce qu'on va essayer des réglages, clairement. Et quatrièmement, la dernière chose c'est de penser à la position que l'on peut envisager au championnat. Mais je pense que si je m'amuse je serai rapide, et si je suis rapide je pourrai me battre pour les premières places [en course] et automatiquement on pourra penser à ces positions au championnat."

"Je veux juste améliorer toutes les choses négatives que j'ai vu chez moi. Essayer d'être en piste en me demandant quels sont mes points négatifs depuis le début de la saison, et donc tout changer [sur ces points] pour ce Grand Prix, vraiment bien travailler, et voir comment je me sens. Il s'agit plus de moi et de la moto, mais demain on va clairement essayer de faire des tests sur des réglages, ce qui est important pour l'avenir. On aura deux fois 70 minutes, alors ce sera une journée vraiment importante pour nous, et aussi pour moi."

Se sentir bien est d'autant plus important pour l'ancien leader du championnat à l'heure de clore une saison qui a apporté son lot de déceptions. "Ce qui est sûr c'est que je veux terminer dans les meilleures conditions. Essayer de terminer sur le podium, ce serait fantastique, et bien sûr encore plus si c'est la victoire. Physiquement je me sens bien", assure-t-il. "Je veux être rapide dimanche, ce serait très important, mais aussi entrer dans l'hiver en me disant que j'ai bien terminé, que je n'ai pas terminé dans une mauvaise position. Je pense que c'est très important pour un pilote."