À Riyad, « des hommes, des femmes, des enfants debout sur des pick-ups avec de nombreux drapeaux »

Les Saoudiens sont allés fêter la victoire de leur équipe dans les rues de Riyad. (A. Hilabi/AFP)

Jules a 27 ans, il est consultant à Riyad, et se trouvait donc au coeur de la capitale d'Arabie saoudite lorsque l'improbable victoire sur l'Argentine est survenue mardi (2-1). Témoignage.

« Les gens attendaient beaucoup de ce match, il y a une vraie passion autour du foot mais nul n'imaginait la victoire. J'avais rencontré la veille un dignitaire du gouvernement et il m'avait dit : "je prie pour qu'on ne perde que 2 à 0". Dans la matinée, peu de temps avant le match - et ce qui n'était pas du tout prévu - a été promu un décret royal qui annonçait que tous les employés du gouvernement - et ici le domaine public est très important - pouvaient arrêter de travailler à midi. Mon étage s'est vidé aussitôt. Par les fenêtres de nos bureaux, on a alors vu se former d'énormes embouteillages.

Nous, on a continué à travailler mais il ne restait dans les bureaux que des étrangers et très hauts dignitaires... Pour le match, on est descendus sur l'esplanade du quartier gouvernemental où une fan zone avait été dressée. Beaucoup d'employés du gouvernement qui n'étaient pas rentrés chez eux ou qui avaient renoncé eu égard aux embouteillages se sont retrouvés là. Il y avait une superbe ambiance. À un moment, nous sommes partis dans un restaurant manger un petit truc, c'est alors qu'il y a eu une énorme clameur : c'était le 2e but de l'Arabie saoudite. Dès lors tous les serveurs, les cuisiniers, les salariés des restaurants sont tous sortis voir la fin du match...

lire aussi : Tactique : comment l'Argentine est tombée dans le piège tendu par l'Arabie saoudite


Nous les avons donc rejoints et avons vécu cette interminable fin de match. Au coup de sifflet final, il y a eu beaucoup de joie mais c'est resté sous contrôle. Rien à voir sur le moment avec par exemple ce que j'avais vécu à Reykjavik lorsque à l'Euro 2016, l'Islande avait battu l'Angleterre 2 à 1 en 8e de finale... Les Islandais avaient fait la fête jusqu'au bout de la nuit. Là, les gens sont rentrés sagement chez eux. Mais ce soir, ils sont ressortis pour célébrer cette victoire inouïe. Il y a à nouveau des embouteillages mais cette fois complètement dingues car il n'y a aucun transport en commun donc avec des hommes, des femmes, des enfants debout sur des pick-ups avec de nombreux drapeaux...

Toute la ville est paralysée par des embouteillages, tous les gens convergent vers l'avenue centrale de Boulevard City de Riyad. Une vraie liesse populaire. Car c'est une évidente immense fierté pour tout le monde. En fin d'après-midi, on a reçu le 2e décret royal de la journée qui a décrété que demain était jour férié. On a nous confirmé que la journée serait chômée par tout le monde donc aussi par les salariés du privé et les étudiants ainsi que par les personnes au plus haut niveau de l'État... Mais c'est à la hauteur de l'exploit auquel ici personne n'avait osé rêver. »

lire aussi : Les tops-flops d'Argentine-Arabie saoudite : la chute de Di Maria, l'envol d'Al-Owais