À Roland Garros 2022, un tournoi sans espoir pour les Français?

De gauche à droite, les Français Jo-Wilfried Tsonga, Alizé Cornet et Hugo Gaston. (Photo: AFP)
De gauche à droite, les Français Jo-Wilfried Tsonga, Alizé Cornet et Hugo Gaston. (Photo: AFP)

De gauche à droite, les Français Jo-Wilfried Tsonga, Alizé Cornet et Hugo Gaston. (Photo: AFP)

TENNIS - Ils nous ont donné l’habitude de décevoir. Cette année il n’y a plus d’espoir. Roland Garros débute, ce dimanche 22 mai à Paris pour deux semaines, et les regards du public et des téléspectateurs de France Télévisions et Amazon Prime risquent de rapidement se tourner vers d’autres prétendants que les 13 Françaises et les 15 Français, présents au premier tour cette année.

Après la débâcle historique de 2021, les ambitions tricolores en simple semblent quasi inexistantes (aucun joueur n’est tête de série en simple), même si la beauté du sport permet parfois de belles surprises, qui plus est à domicile. Les motifs permettant d’espérer un chamboulement de l’ordre établi sont cependant peu nombreux. Un pessimisme renforcé par l’absence du numéro un français et 22e mondial, Gaël Monfils, forfait à cause d’une blessure au talon droit.

“On n’est pas dans la période la plus faste du tennis français, on le sait. On a eu des tristes résultats au global sur les quatre derniers tournois du Grand chelem, mais il y a toujours de l’espoir. On peut avoir de bonnes surprises, mais il ne faut pas s’attendre à des miracles”, résume au HuffPost Arnaud Clément, finaliste de l’Open d’Australie en 2001 et désormais consultant pour Prime Vidéo. “Il y a des jeunes, comme Quentin Halys, Benjamin Bonzi ou nos championnes du monde juniors, Elsa Jacquemot et Diane Parry, qui peuvent montrer leur progression à Paris. Les choses peuvent bouger assez vite dans le tennis et dans le tournoi féminin tout est possible si on ne rencontre pas la Polonaise Iga Swiatek”.

Petit tour (et puis s’en va?) des principales chances tricolores avec l’ex-capitaine de l’équipe de France à la Coupe Davis.

Retombé au 267e rang mondial, Jo-Wilfried Tsonga va mettre un terme à sa carrière à l’issue de Roland-Garros, où il est invité par les organisateurs. “Je me sens à la fois soulagé de savoir que c’est le dernier (tournoi), parce que j’ai quand même mon esprit et mon corps qui me disent que c’est l’heure d’arrêter, et à la fois très excité”, a déclaré l’ex-numéro 5 mondial, demi-finaliste en 2013 et 2015.

Et la tâche s’annonce ardue, avec “l’un des pires tirages au premier tour”, prévient Arnaud Clément. En effet, le Français de 37 ans affrontera le Norvégien Casper Ruud, numéro 8 mondial et vainqueur ce samedi du tournoi de Genève. Le joueur, l’un des plus en forme du circuit, fait office d’outsider à Paris. “Jo va rester compétiteur et il va vouloir prendre du plaisir”, espère Arnaud Clément, qui salue la carrière du Manceau aux 18 tournois remportés (dont deux Masters 1000).

“Quoi qu’il arrive, ce sera une fête pour moi”, a expliqué Jo-Wilfried Tsonga vendredi. En cas de victoire face au Norvégien, Jo-Wilfried Tsonga verrait son tableau se dégager jusqu’à Hubert Hurkacz et un (très hypothétique) quart de finale face au Grec Stefanos Tsitsipas, finaliste l’an dernier.

Deux autres “mousquetaires” du tennis français sont présents à Paris. Gilles Simon qui prendra sa retraite en fin de saison et affrontera Pablo Carreno Busta (tête de série 16). Et Richard Gasquet, actuellement 76e joueur mondial, qui semble capable de passer deux tours à Roland Garros, même s’il est confronté à des joueurs mieux classés que lui dès le début du tournoi. Il jouera son premier tour face au Sud-Africain Lloyd Harris (N°37). Une victoire le mettrait vraisemblablement face à l’Américain Sebastian Korda (N°30) au 2e tour.

“Richard joue très bien ces derniers jours, assure Arnaud Clément. Il a l’expérience et le public avec lui. Il vient de battre le numéro 2 mondial Daniil Medvedev -de retour de blessure- à Genève, puis s’est hissé en demi-finale du tournoi”. Mais un problème de taille se profile pour Biterrois, avec un troisième tour potentiel face à l’Espagnol Carlos Alcaraz, la nouvelle pépite du tennis, âgé de 19 ans, qui a notamment remporté le tournoi de Miami et de Madrid cette année.

Carlos Alcaraz bluffe tout le monde, avec des résultats incroyables face aux meilleurs joueurs du monde. Il bouge les lignes et met un gros coup de pied dans l’ordre de l’ATP. Il est clairement parmi les 4 favoris”, commente Arnaud Clément. Une fois son tournoi terminé, Richard Gasquet a déjà prévu de rejoindre France Télévisions en tant que consultant pour le reste de la quinzaine.

Chez les femmes, même si les dernières éditions des tournois du Grand chelem se sont montrées plus ouvertes avec des parcours surprises jusqu’à la finale, la confiance dans le camp tricolore n’est pas, non plus, au beau fixe. La meilleure Française au classement mondial, Alizé Cornet, est classée 39e, grâce à un quart de finale à l’Open d’Australie en janvier. La joueuse de 32 ans entrera en lice à Roland Garros face à la Japonaise Misaki Doi (N°97) et laisse planer le doute quant à la suite de sa carrière sportive, avec “d’autres envies” comme l’écriture. La terre battue n’est pas non plus sa surface favorite.

“Alizé a le niveau du top 20 mondial, parfois du top 10 sur certains tournois, il faudra suivre son parcours, veut croire Arnaud Clément. Mais elle est dans une partie de tableau très difficile, avec sur sa route Jelena Ostapenko, Simona Halep, puis la numéro un mondiale Iga Swiatek qui fait une saison extraordinaire. Elle bat tout le monde très facilement, elle est sur 28 victoires de rang et elle a déjà gagné Roland Garros. C’est la favorite incontestable du tournoi au-dessus d’un peloton de 10 filles, pour espérer un parcours il fallait juste l’éviter.”

En l’absence de Gaël Monfils, Ugo Humbert se présente à 23 ans en chef de file des Français mais il vit un début de saison 2022 difficile, puisqu’il n’a dépassé le 2e tour dans aucun des tournois joués. Au premier tour, il affrontera le Finlandais Emil Ruusuvuori (61e), qui a notamment atteint les quarts à Munich puis le vainqueur du match entre Casper Ruud et Jo-Wilfried Tsonga.

L’espoir peut-il venir d’autres noms? “Il y a des jeunes, comme Quentin Halys, Benjamin Bonzi ou nos championnes du monde juniors, Elsa Jacquemot et Diane Parry, qui peuvent montrer leur progression à Paris”, répond Arnaud Clément.

Coup de cœur du public lors de l’édition 2020, Hugo Gaston est également présent. S’il se défait de l’Australien Alex de Minaur (N°21), lors de son premier match, il jouera contre un qualifié au 2e puis devrait retrouver le Canadien Denis Shapovalov qui a battu Rafael Nadal, affaibli par une blessure au pied gauche, en huitième de finale à Rome il y a deux semaines. “Hugo a des pics de performance à très haut niveau, mais il lui manque la régularité pour monter plus haut dans la hiérarchie. Quand il joue devant le public parisien il se surpasse, il est sans complexe. Il a tout de même un premier tour difficile”, craint Arnaud Clément.

139e joueur mondial, Corentin Moutet se trouve lui dans la partie de tableau la plus difficile avec Novak Djokovic et Rafaël Nadal. Il affrontera un ancien vainqueur du tournoi, le Suisse Stanislas Wawrinka, au premier tour puis le vainqueur du match entre Rafaël Nadal et l’Australien Jordan Thompson.

Bref, peu d’espoirs pour les Français d’aller très loin alors que le Directeur technique national, Nicolas Escudé, s’est fixé des objectifs précis pour les Jeux Olympiques de 2024: 2 femmes et 2 hommes dans le Top 20, 4 quarts de finalistes en Grand Chelem et 3 médailles olympiques ou paralympiques à Paris-2024. Reste donc à trouver avec qui.

“On est dans un creux, après une génération exceptionnelle avec Monfils, Tsonga, Gasquet et Simon même s’ils n’ont jamais réussi à gagner de Grand chelem avec la concurrence des meilleurs joueurs de l’histoire. Mais je suis optimiste pour la suite. Des jeunes arrivent et les réformes à faire au niveau de la politique fédérale sont en cours”, conclut Arnaud Clément, toujours plein d’optimisme.

À voir également sur Le HuffPost: À 97 ans, le plus vieux tennisman du monde ne veut pas quitter l’Ukraine

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles