À Sydney, l'équipe de France prend ses repères en vue de la Coupe du monde

Arrivées en Australie dimanche matin, les Bleues ont pris leurs quartiers à Sydney, au sein du parc olympique. Les prochains jours doivent permettre de s'acclimater avant d'enchaîner trois matches amicaux, les derniers avant le début de la Coupe du monde (22 septembre - 1er octobre).

Les traits sont tirés, les cernes parfois bien visibles, mais les filles de l'équipe de France prennent un réel plaisir à humer l'air de Sydney. Les quelques séquences dévoilées sur les réseaux sociaux laissent entrevoir l'excitation naissante alors que les Bleues s'installent au coeur du parc olympique de la cité australienne. Un séjour que les filles de Jean-Aimé Toupane espèrent prolonger jusqu'au week-end du 1er octobre, synonyme alors de retour en France avec une potentielle breloque autour du cou.

Avant la montée en puissance, une gestion s'impose. Parties de Paris vendredi, les Françaises sont arrivées dimanche, au petit matin, à Sydney, cueillies par l'air frais et une saison qui voit le soleil disparaître peu avant 18 heures. Un voyage, avec escale à Dubaï, effectué en classe business pour les joueuses et une partie du staff, afin de préserver au mieux les organismes.

Un programme allégé

Ces deux derniers jours, le programme s'est voulu « très light » confirme Kévin Bosi, attaché de presse de la fédération et donc de la délégation partie à l'autre bout du monde. « Il n'y avait évidemment pas d'entraînement prévu dimanche, seulement une balade aux alentours de notre hôtel, histoire de dégourdir les jambes. Puis en fin de journée le staff avait organisé une course d'orientation en guise de décrassage, afin de trottiner tout en restant détendu. »

Ce lundi, le ballon a repris une place prépondérante dans le quotidien des Bleues : deux entraînements, sans opposition, entrecoupé d'étirements et autres exercices musculaires. L'occasion, surtout, de découvrir une base d'entraînement des plus singulières. « Notre terrain est situé au sein d'un immense complexe avec plusieurs terrains côte à côte, détaille Bosi. À côté, il y a des terrains de Netball - on a même assisté ce (lundi) matin à des rencontres de jeunes - ce qui n'a pas manqué d'attiser la curiosité des joueuses, qui ont voulu voir ça de plus près. »

Gabby Williams arrive mardi

Mardi, aux aurores, le groupe accueillera Gabby Williams, en provenance des États-Unis. L'ailière de Seattle et de l'Asvel, éliminée par Iliana Rupert et les Las Vegas Aces en demi-finales du Championnat américain (WNBA) , aura droit à un programme personnalisé afin de s'intégrer peu à peu. Mais elle présente l'avantage d'avoir joué régulièrement et récemment, ce qui pourrait l'amener à disputer un ou plusieurs des trois matches amicaux au programme en fin de semaine. Un luxe dont ne bénéficiera pas Rupert, dont l'équipe a remporté le premier match de la finale dimanche. L'ancienne joueuse de Bourges, et future de la Virtus Bologne, pourrait arriver, au plus tard, pour le tout début de la Coupe du monde.

Vendredi, la France affrontera l'Australie en amical (12h30, heure française). Plutôt que d'affronter la Belgique une troisième fois en préparation (les Bleues s'étaient imposées à Pau, 74-55, puis à Courtrai, 76-69), retour au programme originel : le Japon dimanche (6 heures), suivi des États-Unis lundi (8 heures). Une montée en gamme des plus nécessaires alors que l'ouverture du tournoi se fera contre l'Australie, qui à domicile figurera parmi les favoris de la compétition.

lire aussi

Le calendrier des Bleues au Mondial