À Teahupoo, le Code Red II bravé par de nombreux surfeurs pour des vagues monstrueuses

Le spot de Teahupoo, à Tahiti, accueillera les épreuves de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024. (D. Michel/L'Équipe)

Le « Code Red II » a été proclamé par le gouvernement tahitien le 13 juillet, interdisant toute activité nautique autour de Teahupoo, à Tahiti, durant au moins 24 heures. Mais de nombreux surfeurs ont bravé le danger pour tenter de prendre des vagues monstrueuses.

Les images sont impressionnantes. À cause de la houle et du vent, particulièrement forts à Teahupoo, les autorités maritimes tahitiennes ont dû mettre en place le 13 juillet un « Red Code », interdisant toute activité nautique pour au moins 24 heures. Mais de nombreux surfeurs ont bravé les interdictions pour tenter de prendre ces vagues, parmi les plus impressionnantes jamais vues sur ce spot mythique. La dernière fois que de telles mesures avaient été prises, c'était il y a plus de 10 ans, le 27 août 2011.

lire aussi

Toute l'actualité du surf

Aucun bateau ne pouvait naviguer, mais quelques jet-skis sont parvenus à se mettre à l'eau malgré les contrôles des autorités. Parmi les nombreuses stars du surf qui ont bravé le danger à Teahupoo, le local Matahi Drollet a pu profiter de « la plus grosse houle » qu'il n'a jamais vue ici. Billy Kemper, référence du surf de gros, a lui aussi confirmé qu'il s'agissait des « plus grosses vagues jamais vues à Teahupoo ». Des vagues monstrueuses.

Ces images incroyables ne doivent pas faire oublier les réels dangers liés à ces conditions météorologiques, sur l'eau comme sur terre. Plus d'une cinquantaine d'habitations de l'île ont été détruites ou sinistrées par les intempéries.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles