À terre après cinq virages, Nakagami regrette une "erreur stupide"

Vincent Lalanne-Sicaud
·4 min de lecture

La désillusion est énorme pour . Le Japonais, classé dans les deux premières positions de chaque séance d'essais et en pole pour la première fois de sa carrière, a été l'homme fort du Grand Prix de Teruel jusqu'au cinquième virage de la course, qui l'a vu chuter et voir ainsi ses espoirs de premier podium en MotoGP s'envoler. Nakagami reconnaît qu'il a été incapable de résister à la pression, ce qui a mené à son premier abandon de la saison, lui qui était le seul à avoir vu l'arrivée de toutes les courses dans les points.

"C'est vraiment dommage", a déclaré le pilote du team LCR. "J'ai fait une erreur qui me coûte cher. Je suis vraiment déçu, je me devais de faire de mon mieux après le départ, et j'ai été trop rapide. C'est tout. Je n'arrive toujours pas à croire que j'ai fait cette erreur. Je m'en veux vraiment, mais heureusement, je vais bien, pas de blessure, et c'est bien parce que le championnat touche à sa fin, mais il reste encore trois courses, deux à Valence et la dernière à Portimão. J'ai l'esprit plus libéré. Avant la course, c'était la première fois que je ressentais une pression de l'extérieur, et je n'ai pas su la gérer. C'est pour ça que j'ai fait cette erreur idiote et c'est tout. Je tirerai les leçons de mon erreur pour l'avenir. Je vais essayer d'être bon dans les prochaines courses à Valence."

Encore en tête après le premier virage, Takaaki Nakagami a dû se défendre face à , futur vainqueur de la course, dans les virages suivants, ce qui l'a poussé à être trop agressif dans son pilotage, jusqu'à perdre l'avant de sa Honda à la suite d'un freinage trop appuyé. Il peine à expliquer comment une telle erreur a pu provoquer son abandon.

"Je peux dire que j'ai chuté au virage 5. J'ai dû fermer la porte dans les trois premiers virages, ainsi qu'au virage 4, et j'étais un peu à l'intérieur dans le virage 4. Au freinage du virage 5, j'étais un peu à l'extérieur et je n'ai pas pu me contrôler mentalement, j'ai été trop... le freinage a été un peu trop brutal. J'ai bloqué l'avant, j'ai perdu l'avant et j'ai chuté. Je ne sais pas comment l'expliquer, c'était une erreur vraiment stupide et je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça."

"Je suis sorti de la trajectoire et je suis parti à la faute", a-t-il ajouté. "Je n'ai pas pu garder le contrôle et je suis un peu surpris d'avoir chuté dans ce virage, parce que je n'ai jamais eu cette sensation pendant les essais. Mais en course, j'étais peut-être trop nerveux. Je n'ai pas pu contrôler mes émotions. C'était trop brutal au début du freinage."

Nakagami retiendra la leçon

Takaaki Nakagami était en première ligne pour la seconde fois de sa carrière seulement, et c'est avant le départ qu'il a commencé à ressentir une pression inhabituelle pour lui. Le pilote du team LCR, confirmé en début de week-end pour deux saisons supplémentaires, sait qu'il devra apprendre à gérer ces instants pour devenir un prétendant à la victoire.

"C'était bien de partir de la pole. C'était une sensation incroyable, mais c'était une incroyable pression. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai essayé d'éviter la question et d'être calme. C'était une première pour moi, et la première fois que je menais une course, pendant peut-être dix secondes seulement [rires] !"

Lire aussi :

Quartararo ne comprend pas pourquoi il a "tout perdu"

"Habituellement, je ne ressens pas trop la pression", a-t-il assuré. "Cette fois c'était ma première pole position, personne devant moi. Donc j'avais une belle vue, mais avant le départ, je ne sais pas, mais mon cœur était peut-être proche des 200 [pulsations par minute]. C'est la première fois que je ressens ça. "

"Je crois que la prochaine fois, si je peux partir de la pole position, il faudra que je me souvienne de cette sensation [...] et que j'ai fait une erreur dans le premier tour. Donc cette expérience m'aidera beaucoup. Il fallait passer par cette émotion et il faut comprendre cette expérience. Pour l'avenir, le plus important sera la façon de gérer cette pression. Aujourd'hui je n'y suis pas parvenu, malheureusement, mais si je peux la contrôler, on pourra gagner beaucoup de courses. J'ai fait une erreur et je suis très déçu de moi aujourd'hui, mais je pense vraiment à mon avenir."