Álex Márquez : Yamaha a "triché" et les pilotes le savaient

Vincent Lalanne-Sicaud
·3 min de lecture

Yamaha a été pénalisé au championnat des constructeurs et dans celui des équipes pour avoir utilisé des soupapes non homologuées sur ses moteurs en début de saison. Cette décision porte à controverse puisque les pilotes de la marque ont été épargnés, conservant tous les points inscrits et par la même occasion leurs chances de titre. fait partie des plus loquaces pour exprimer son mécontentement, la pénalité étant selon lui trop faible.

"Les règlements n'ont pas été respectés et ils ont triché, donc la sanction ne me paraît pas juste," a lâché le pilote espagnol, reprochant au MotoGP de ne pas donner le bon exemple. "Ce qui est clair, c'est qu'ils ont triché ou qu'ils n'ont pas respecté le règlement", a-t-il ajouté. "Normalement, ils sont très stricts au sein de la MSMA [l'association des constructeurs, qui doit valider à l'unanimité des changements une fois que les moteurs sont homologués, ndlr]. Il faut penser à donner un bon exemple aux jeunes pilotes. C'est comme quand un parent essaie de tricher avec son fils et qu'ils disqualifient le fils, pas le parent. C'est dur."

"Nous ne donnons pas le bon exemple aux jeunes qui avancent [dans les catégories]. Retirer des points au [championnat des] constructeurs, c'est une blague. Dans deux ans, personne ne se souviendra de celui qui aura gagné le titre constructeurs, Yamaha s'en fiche."

Lire aussi :

La sanction de Yamaha, néfaste pour la marque comme pour le MotoGP La sanction de Yamaha, un "précédent dangereux" selon Ducati

"Ils en ont bénéficié toute l'année, et l'an prochain les moteurs seront gelés, donc ils vont encore en bénéficier", ajoute Márquez, en faisant toutefois erreur puisque, depuis Brno, Yamaha a bien utilisé les soupapes homologuées, avec pour seule exception le moteur de au GP de Styrie, ce qui a été pris en compte pour établir la pénalité.

Le courroux d'Álex Márquez ne concerne pas que Yamaha, mais aussi ses pilotes. À ses yeux, il est en effet impossible que la marque ait effectué les changements de soupapes dans leur dos. "L'excuse du 'je ne savais pas' ne tient pas, tout est toujours très ouvert à l'usine et on sait quel moteur on utilise, on sait tout. On est au courant, un pilote regarde toujours quand un moteur est monté ou stocké, on sait toujours ce qu'on utilise", précise le pilote Honda.

Pour Márquez, les pilotes Yamaha sont même indirectement la cause du problème : "La modification que Yamaha a faite [dans ses moteurs] a été provoqué par les pilotes, parce qu'ils cassaient et manquaient de puissance, au final la marque a été obligée de faire des choses qu'elle ne voulait peut-être pas [faire]."

Lire aussi :

Aucun appel dans l'affaire Yamaha : Dovizioso ne comprend pas Quartararo touche du bois pour ne pas manquer de moteurs

Viñales et Morbidelli se défendent

Les pilotes Yamaha affirment de leur côté qu'ils n'ont jamais été informés des décisions de Yamaha concernant les soupapes. "Je n'étais pas au courant de ça, je ne savais pas", a garanti Franco Morbidelli : "Je ne savais pas", a assuré le vainqueur du Grand Prix de Teruel. "Ce sont des choses qui sont gérées par les personnes de Yamaha."

refuse d'entrer dans la polémique, mais penche plutôt du côté de la marque d'Iwata. "Le pilote ne sait pas ce que Yamaha fait avec le moteur, donc c’est plus logique qu’ils perdent des points au championnat constructeurs. S’ils pénalisaient les pilotes, c’est sûr que ce serait plus compliqué, cela porterait plus à polémique", a expliqué le Français, reconnaissant que la décision prise permet "de conserver un bon championnat" mais estimant aussi que la tâche des juges est difficile. "C’est la première fois que cela se produit, donc il faut toujours identifier la pénalité à donner, parce que je pense que le problème et la pénalité [à attribuer] ne sont pas clairs."

Avec Germán Garcia Casanova