Tout ça n'a Serbie à rien!

Vlahović, Milinković-Savić, Tadić, Kostić, Milenković, Mitrović. Cette Serbie avait si fière allure. Trimbalant la Suède, miniaturisant la Norvège en Ligue des nations, armée d'une puissance offensive de feu que même les plus grandes écuries européennes pourraient lui envier. De la taille, de la force, de la technique, de la rage, et enfin les épaules pour rouler sur les sceptiques. Son sélectionneur à l'aura légendaire, Dragan Stojković, avait un plan, un système et un seul objectif : sortir des poules, sans quoi "le Mondial au Qatar serait raté". Au bout du compte, tel un refrain anachronique de Ceca Ražnatović, les Serbes ont choisi de faire à nouveau corps avec la poussière d'étoile. Comme en 2010 face à l'Australie, comme en 2018 face cette même Suisse. Ce vendredi soir, lors d'un remake à la tension palpable, les Orlovi ont perdu leurs moyens, laissant à…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com