''Ça va être un cauchemar !'' : au Royaume-Uni, les chauffeurs routiers en première ligne face au Brexit

Richard Place
·1 min de lecture

Sur ce parking d'Ashford, dans le Kent, au Royaume-Uni, près de 400 poids-lourds se garent chaque jour. Les chauffeurs dorment là, ils peuvent se restaurer et se doucher. Stefan est Bulgare, il vient au Royaume Uni trois fois par mois. Au moment du Brexit, à partir du 1er janvier, il subira des contrôles douaniers. ''À cet instant, peste Stefan, nous n’avons aucune information. Parce que les Anglais n’en savent rien et parce qu’ils veulent toujours être différents du reste du monde. Ça va être un grand bazar.'' Brian n’est pas plus optimiste. Ce chauffeur gallois a bien vu des marquages au sol dans les ports français et quelques maigres indications. Mais rien côté britannique. ''Ça va être un cauchemar'', soupire-t-il.

Je vais être honnête avec vous : j’ai voté pour quitter l’Europe. Si je pouvais voter à nouveau, je voterais pour rester.

Brian, chauffeur routier

à franceinfo

Si aucun accord n'est trouvé, le Brexit aura lieu dans un peu plus de deux mois, et une fois le Royaume-Uni à l’extérieur de l’Europe, les frontières seront rétablies. Et les chauffeurs routiers sont en première ligne face à ces futures règles. Cette pagaille en perspective inquiète aussi Darren Smith, le directeur de cette aire de repos. D’autant qu’il vient d’investir pour l’agrandir. Plus (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi