Écarté par le Cameroun pour la Coupe du monde, André Onana quitte le Qatar

André Onana entre Eric Choupo-Moting et Nicolas Nkoulou avant le premier match du Cameroun à la Coupe du monde au Qatar, face à la Suisse (0-1). (F. Faugère/L'Équipe)

André Onana a décidé ce mardi matin de quitter Doha. Le gardien de but du Cameroun avait été écarté du groupe lundi matin, quelques heures avant le match contre la Serbie (3-3).

André Onana ne va pas rester avec les Lions indomptables pour la suite de la Coupe du monde. Comme nous l'écrivions dès lundi soir, le joueur de l'Inter Milan, sans nouvelles de ses employeurs, était décidé à quitter le rassemblement après son éviction lundi pour raisons disciplinaires. Le gardien de but de 26 ans est actuellement à l'aéroport de Doha en route vers Paris puis vers Yaoundé, où il passera quelques jours de vacances avant de rejoindre son club italien.

lire aussi : Rigobert Song (Cameroun) : « Face au Brésil, on y croit »

Rigobert Song, le sélectionneur, avait annoncé avoir sanctionné le joueur pour des raisons disciplinaires avant qu'une suspension temporaire, suivant les termes d'un communiqué officiel de la Fédération, ne soit prononcée. Que recelait le terme temporaire ? Une éviction pour le match contre la Serbie (3-3) ou une mise en retrait plus longue ? Ça s'est agité sec dans les coulisses pour tenter de gérer cette affaire nuisible aux performances du groupe. Et pour apaiser les tensions.

Onana, lui, avait du mal à comprendre les raisons de sa mise à l'écart et attendait à l'hôtel une entrevue avec ses responsables. Il apparaissait peu probable qu'il reste. Il n'avait vu personne dans la soirée. Pas plus Song ou Samuel Eto'o, son président, ce matin. Il a donc décidé de s'en aller. Devis Epassy prendra de nouveau son relais contre le Brésil pour le duel décisif.

Une nouvelle Coupe du monde compliquée...S'il a relancé le championnat local, une première vraie performance, Eto'o tenait, en plus, à redorer l'image du foot camerounais ternie après les échecs de 2010 et 2014, cette dernière élimination dès la phase de poule étant agrémentée d'un coup de tête d'Assou-Ekotto sur Benjamin Moukandjo sur le terrain : c'est raté. Les Lions laisseront encore leur trace dans la colonne faits divers. À moins d'un exploit contre le Brésil, évidemment...

lire aussi : Résultats et calendrier du groupe G