Écarter Albon pour Pérez, la victoire "des faits" sur "l'émotion"

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

La semaine passée, Red Bull a annoncé que Sergio Pérez ferait équipe avec Max Verstappen en 2021 au sein de l'écurie mère, remplaçant Alex Albon, rétrogradé au rang de pilote d'essais et de réserve. Cela faisait désormais plusieurs mois que l'avenir du Thaïlandais était remis en question, pendant une seconde partie de saison dans la lignée de la première, à savoir délicate et loin de son équipier néerlandais en performance.

Pendant ce temps, Pérez réalisait une fin de campagne excellente, marquée évidemment par sa victoire au Grand Prix de Sakhir. Et pour Christian Horner, directeur de l'écurie Red Bull, l'amélioration "significative" d'Albon n'a pas suffi. "Vous faites avec ce que vous avez, n'est-ce pas ?", a déclaré le dirigeant britannique à certains médias, dont Motorsport.com, lorsqu'il lui a été demandé si Albon avait été malchanceux en pilotant une RB16 jugée difficile.

Lire aussi :

Pourquoi l'arrivée de Pérez chez Red Bull est une juste récompense Verstappen espère que Pérez lui évitera d'être "seul" contre Mercedes

"Il est en Formule 1 et est arrivé en F1 grâce à Red Bull, ce dont il est très reconnaissant. Il fait toujours partie de l'équipe. La voiture de cette année était délicate. Je pense qu'elle s'est beaucoup améliorée tout au long de l'année, en particulier dans le dernier tiers de la saison. Mais, encore une fois, ce qui compte, c'est ce que vous en faites, n'est-ce pas ? Je pense que l'écart entre Alex et Max est globalement resté constant entre l'Autriche et Bahreïn 2 [le GP de Sakhir], clairement. Il a fait une bonne course à Abu Dhabi."

"Partout ailleurs, il a brillamment réussi. C'est un grand compétiteur, c'est un gentleman absolu au sein de l'équipe. Il est très populaire au sein d'une équipe parce que c'est un gars vraiment sympa. C'est ce qui a rendu cette décision plus difficile. Mais quand vous regardez les données et que vous faites confiance aux faits plutôt qu'à l'émotion, Sergio est le choix logique."

Un choix logique en vue de performances plus homogènes des deux côtés du garage de l'écurie de Milton Keynes. "Je pense qu'il est vital, si vous voulez être un challenger sérieux dans chacun des championnats, d'avoir deux voitures à un certain niveau de performance. Nous l'avons très clairement vu à Abu Dhabi, par exemple. Il faut donc cette constance, afin de pouvoir se battre contre des équipes comme Mercedes, que ce soit dans le championnat des pilotes ou des équipes."

Lire aussi :

Alex Albon : "Je ne vais pas mentir, ça fait mal"

Horner a par ailleurs affirmé qu'Albon avait été informé de la décision le jour même de l'annonce, même si des indices laissent penser qu'elle avait été prise au moins depuis le GP d'Abu Dhabi, saluant une réaction "incroyablement mature" au moment de l'apprendre. "Il est reconnaissant pour l'opportunité et le soutien qu'il a reçus cette année, et évidemment déterminé à faire du mieux possible pour revenir dans ce baquet en 2022."

"Il aura un rôle important au niveau du développement avec 2022 et les tests de pneus, et évidemment le développement de la voiture 2022 dans le monde virtuel. Nous verrons ce que seront les circonstances pour 2022, au sein ou à l'extérieur de Red Bull."